Sensibiliser les opérateurs économiques de Maurice aux opportunités d’affaires dans le secteur des services financiers des Maldives. C’est la mission qu’entreprendra bientôt une délégation de haut niveau de ce pays avec à sa tête le ministre des Finances et de la Trésorerie, Abdulla Jihad.
La délégation est attendue au pays dans deux semaines et a déjà sollicité le soutien de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) pour l’organisation, le mercredi 26 août 2015, d’une session d’informations sur les opportunités offertes par le secteur financier maldivien. On s’attend à ce que la mission dirigée par Abdulla Jihad rencontre également le ministre des Finances et du Développement économique, Vishnu Lutchmeenaraidoo, et d’autres membres du gouvernement ainsi que des dirigeants d’institutions financières du pays.
L’un des points forts de la visite, indique-t-on dans les milieux du secteur privé, sera la signature d’un protocole de coopération entre la Maldives Stock Exchange & Maldives Securities Depository (MSE/MSD) et la Stock Exchange of Mauritius Ltd. Le CEO de la MSE/MSD, Hassan Manik, fait partie de la délégation. Celle-ci comprend, par ailleurs, un des directeurs du conseil de la Bourse des Valeurs des Maldives, Mohamed Jaish Ibrahim, le CEO de la Capital Market Development Authority, Ahmed Naseer, un membre du board de cette institution régulatrice, Mariyam Visam, le Head of Securities Market Operations du marché boursier, Fathimath Lamha, et le CEO de la Maldives Transport & Contracting Company, Ibrahim Razzaq Abdul Haleem.
Archipel de 1 192 îles comptant quelque 395 000 habitants et situé à environ 400 kilomètres au sud-ouest de l’Inde dans l’océan Indien, les Maldives n’ont pas un secteur financier grandement développé. Ce secteur est dominé par une industrie bancaire au sein de laquelle on retrouve une institution mauricienne, la Mauritius Commercial Bank Maldives Pct Ltd, qui s’y est installée en 2008, mais également la State Bank of India, la HongKong and Shanghai Banking Corporation Ltd (HSBC) et la Habib Bank Limited. Dans le secteur financier non bancaire, on compte des opérateurs dans l’assurance générale, le crédit-bail, une institution spécialisée dans le prêt logement. La réglementation du secteur de l’assurance a commencé à partir de fin 2004. Pour ce qui est du marché des capitaux, l’autorité régulatrice a été instituée en 2006 mais c’est en janvier 2008 que la Maldives Stock Exchange Company Pvt Ltd a été reconnue pour opérer comme institution privée. Notons que les groupes hôteliers mauriciens, en l’occurrence LUX* Resorts, Sun Resorts et Constance opèrent des établissements aux Maldives.
Le tourisme et la pêche constituent deux des principaux secteurs d’activités économiques du pays. Le tourisme, estime le Fonds monétaire international (FMI), demeurera la locomotive de la croissance aux Maldives pour le moyen terme en attendant que le processus de diversification économique soit mis en branle. Les autorités maldiviennes veulent développer les services financiers, l’informatique, la pêche et l’agriculture tout en mettant en place des zones économiques spéciales.
Selon le FMI, les Maldives ont enregistré une croissance de 5 % en 2014 et un taux semblable est attendu pour cette année. L’inflation a été contenue à moins de 1 % alors que le déficit des comptes courants de la balance des paiements s’est élevé à environ 8,4 % du Produit intérieur brut en 2014. Le déficit budgétaire est estimé à plus de 8 % du PIB et les déficits persistants à ce niveau ont fait grimper la dette publique qui se situerait à environ 75 % du PIB en 2014.