Trois mois après l’annonce d’un plan de restructuration pour sauver le groupe, qui a enregistré en 2010-2011 des pertes de Rs 163,5 M, décision a été prise de licencier 200 employés à compter du 17 février. Ils sont employés dans les différentes unités de la Mauritius Stationery Manufacturers (MSM) Ltd situées à Bell-Village, Petit-Verger et Camp-Benoît. Les négociations entre la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé et la direction ont débuté l’année dernière. Une nouvelle réunion ce matin entre les deux parties, en présence de quelques employés, a abouti à un accord sur le paiement d’une compensation selon les conditions suivantes : les employés licenciés recevront les trois-quarts de leur rémunération totale, ce qui représente le salaire minimal d’un mois, trois mois de préavis, l’accès au plan de pension interne du groupe et le remboursement des congés et des sick leaves. « La réunion de ce matin s’est achevée sur un accord. Les employés se sentent désormais plus rassurés », affirme le syndicaliste Reeaz Chuttoo. Les employés ayant plus de dix ans d’expérience dans la compagnie et qui ont droit au vacation leave seront également remboursés, explique le syndicaliste.
Pour sauver le groupe de la faillite, un plan de restructuration a été mis en place après les pertes enregistrées ces dernières années. En 2010-2011, celles-ci se chiffraient à Rs 163,5 M. Dans un communiqué émis en décembre 2011, la direction expliquait que ces pertes étaient dues à une combinaison de facteurs comme une perte et un manque de productivité et ainsi qu’à une « charge financière élevée liée à un endettement massif ». À noter que la compagnie emploie quelque 650 personnes.
À l’heure où nous mettions sous presse, nous n’étions pas en mesure d’obtenir une déclaration officielle de la direction.