Le rôle que peut jouer le centre financier mauricien dans la structuration des investissements asiatiques dans le secteur minier et projets énergétiques en Afrique sera un des thèmes principaux de la conférence qui se tiendra les 24 au 25 juin prochains à l’hôtel Intercontinental, Balaclava. Plus d’une centaine de délégués étrangers, dont des représentants d’entreprises chinoises, participeront à cette conférence, dont le promoteur est “Mines and Money”.
Organisée avec le soutien du Board of Investment (BOI), la conférence sera axée sur les opportunités d’investissements et les possibilités de lever des capitaux pour des projets miniers en Afrique. Le forum vise à mettre en rapport les sociétés minières avec des entrepreneurs chinois et investisseurs internationaux. « Held in Mauritius, the bridge for investment from Asia into Africa, it’s your chance to take advantage of Mauritius’ investment protection and tax treaties while meeting with asian investors and mining companies in a neutral location », soulignent les organisateurs.
L’Afrique, indique “Mines and Money”, est le continent qui enregistre l’un des plus forts taux de croissance économique, l’Afrique subsaharienne étant capable d’enregistrer une croissance proche de 6%. En termes de ratio risques/bénéfices, l’Afrique détient la performance la plus attrayante. Le promoteur de la conférence fait également ressortir que la Chine a consacré un peu plus de USD 21 milliards à l’investissement direct étranger de 2005 à 2012 alors que le Japon s’est engagé à investir environ USD 2 milliards dans des projets miniers et énergétiques. « Asia’s interest in Africa is certainly not understated. This is all positive news for the mining sector, particularly as an IMF study in 2011 found 29% of all of China’s FDI was in the mining sector », note “Mines and Money”.
L’investissement en Afrique n’est pas sans risque, reconnaît cependant le promoteur de la conférence, même si l’investissement direct sur le continent en provenance de la Chine a doublé entre 2009 et 2012. Maurice, avec les divers traités de non double imposition et de protection/promotion des investissements que le pays a signés avec des pays africains, se présente comme une plateforme idéale pour canaliser les investissements asiatiques vers l’Afrique. « Mines and Money Access Africa is set against the backdrop of these treaties and mechanisms. As a centre for investment flows between Asia and Africa, the event will provide a true opportunity to meet with asian investors, with a specific focus on Africa », déclarent les organisateurs de la conférence.
Il est prévu que le ministre du Commerce et de l’Industrie, Cader Sayed-Hossen, procède à l’ouverture officielle de la conférence lundi matin. Son intervention sera suivie de celle de Ken Poonoosamy, Managing Director du BOI, lequel mettra l’accent sur la stratégie africaine de Maurice. Les autres intervenants parleront de la demande globale pour les ressources naturelles africaines, des investissements consentis dans le secteur minier, des capitaux dont le continent a besoin pour son développement futur, des opportunités offertes par divers pays d’Afrique australe, orientale et occidentale, ainsi que de la tendance concernant des placements effectués par les fonds globaux, entre autres.
Des présentations sur les ressources minières sud-africaines, les stratégies d’investissement des entrepreneurs chinois, japonais et indien sont aussi prévues. L’utilisation de la plateforme boursière de Maurice pour structurer les investissements en Afrique retiendra aussi l’attention des délégués.