Avec les secousses et les relations industrielles difficiles dans le secteur portuaire depuis ces dernières semaines, l’assemblée des travailleurs, convoquée demain à la mi-journée à l’initiative de la Port-Louis Maritime Employees Association, promet d’être sous haute tension. Trois sujets de discorde à l’agenda retiendront vraisemblablement l’attention : l’ouverture réclamée des négociations pour revoir les conditions salariales et d’emploi sur fonds de menace de grève des travailleurs, la polémique entourant la décision du Managing Director de la Cargo Handling Corporation Ltd de geler les exercices de promotions et le paiement des increments associés à l’intention de 412 employés et finalement la révocation des représentants élus des travailleurs sur le board du Staff Committee.
Les tracts en circulation sur le port en marge du rendez-vous de demain confirment que les relations industrielles ne sont nullement au beau fixe dans ce secteur. Les responsables syndicaux de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) réclament ainsi une participation massive à ce rassemblement en vue d’entériner des décisions majeures sur les actualités brûlantes du secteur portuaire. D’abord, l’assemblée devra aborder la demande d’ouvrir les négociations dans le port pour revoir les conditions salariales et d’emploi avec comme objectif de conclure un accord avec la direction.
Les premières indications tendent à confirmer que les syndicalistes réclameront une augmentation de l’ordre de 20 % pour l’intégralité des travailleurs de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL) suivi de d’autres propositions. D’ores et déjà, l’état-major de la PLMEA laisse entendre que dans l’éventualité où aucune satisfaction n’est obtenue au cours de ses négociations, le recours à une grève générale se présente comme inévitable.
L’autre thématique à l’agenda concerne la polémique autour de la décision du Managing Director de la CHCL, Gassen Dorsamy, de geler les exercices de promotions et le paiement des increments associés à l’intention de 412 travailleurs. Les recoupements indiquent que la direction aurait fait comprendre aux syndicalistes que cette décision a été prise suite à des discussions avec la Commission de Conciliation et Médiation (CCM). Or, dans une correspondance adressée à la PLMEA, la CCM a apporté un démenti à la version de la CHCL en insistant que « the Commission never advised or requested the Management to freeze the implementation of the promotional exercise at the Cargo Handling Corporation Ltd. » Ainsi, à partir de demain, soit à l’issue de ce rassemblement à Port-Louis, une série d’actions de protestation est à l’agenda du syndicat.
Par ailleurs, l’assemblée des travailleurs devra aussi se prononcer contre la révocation des représentants élus des travailleurs sur le board du Staff Committee de la CHCL. « Li pa posib ki reprezantan travayer eli dan board remet an kestyon. Sete enn bann drwa aki travayer kan ti met dibut CHCL an 1983. Kifer pe exklir reprezantan travayer ki syez dan board depi staff committee ? Alor nou pou pran bann laksyon apartir lasanble lindi », concluent les dirigeants syndicaux de la PLMEA.