Les épouses des anciens employés décédés de la Cargo Handling Corporation (CHC) ont manifesté dans les rues de Port-Louis dans la matinée en vue d’obtenir une pension de veuve du gouvernement. Leur représentant, Jack Bizlall, de l’Observatoire de la Démocratie, affirme que les consultations à cet effet ont déjà été engagées et que ces veuves n’attendent que le feu vert de Xavier-Luc Duval, Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme et des Communications externes, pour que cette pension soit accordée. Une pétition a été déposée au bureau du ministre concerné à l’issue de la manifestation.
« De toutes les personnes qui subissent la pauvreté à Maurice, ce petit groupe de 91 femmes requiert l’attention particulière du gouvernement. Fode pa zis guet pouvwar dan enn fason autocratik me desann ek get sa bann dimounn-la zot sort. Le gouvernement peut même mener une enquête s’il le juge nécessaire afin de confirmer la crédibilité de leur situation. Vu que la Mauritius Port Authority a déjà fait part de son accord pour accorder à ces veuves une contribution, nous demandons à Xavier-Luc Duval de donner son feu vert à cet effet », a déclaré avec force le syndicaliste Jack Bizlall au Mauricien peu avant le coup d’envoi de cette revendication de rue dans la capitale ce matin.
Dans la pétition signée par les veuves et transmise au bureau du DPM Duval, elles expliquent avoir déjà finalisé les discussions avec le directeur général de la Mauritius Port Authority à ce sujet par le biais de l’Observatoire de la Démocratie.
Faisant la chronologie des événements, le syndicaliste Jack Bizlall explique qu’avec la modernisation du secteur portuaire dans les années 70 et la nationalisation de certaines compagnies privées plusieurs travailleurs du port ont arrêté le travail ou encore ont fait valoir leur droit à la retraite. « Ainsi quand les anciens travailleurs sont décédés, leurs épouses n’ont rien reçu alors qu’actuellement en cas de décès une épouse bénéficie d’une pension de veuve. Il y a trois années de cela, nous avons engagé des démarches auprès des autorités pour apporter une contribution à ces veuves qui se retrouvent dans une misère atroce. L’Observatoire de la Démocratie avait initié des consultations avec la Cargo Handling Corporation (CHC) et la Mauritius Port Authority (MPA) pour trouver une aide financière. D’ailleurs, des collectes ont lieu auprès des travailleurs du port et grâce à cela ces veuves touchent Rs 1000 par an, soit Rs 500 chaque six mois », explique Jack Bizlall.
Le syndicaliste dénonce le fait que malgré toutes les initiatives de l’Observatoire de la Démocratie auprès des autorités compétentes, le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme et des Communications externes Xavier-Luc Duval fait la « sourde oreille alors qu’il y a suffisamment d’argent pour accorder cette pension à ces veuves ».