Le Managing Director de la Cargo Handling Corporation (CHCL) Gassen Dorsamy est plus que jamais poussé vers la sortie. En effet, depuis cette fin de semaine, le conseil d’administration est en présence d’une lettre officielle en ce sens après que la motion pour le non-renouvelement du contrat du No 1 de la CHCL a été ratifiée par l’assemblée syndicale de la Port-Louis Maritime Employees Association samedi dernier. Les dirigeants syndicaux insistent sur le fait que Gassen Dorsamy n’a pas été en mesure d’apporter une réorganisation nécessaire à la compagnie pour une transformation en un port plus efficace tout en alléguant qu’il a adopté « une politique répressive » à l’égard des employés de la CHCL.
Fraîchement nommé par le gouvernement de l’Alliance Lepep pour présider le conseil d’administration de la CHCL, Robert Pallamy se retrouve déjà avec un dossier sensible à gérer. Dans une correspondance expédiée hier après-midi au board, les syndicalistes de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) réclament ni plus ni moins que le départ du Managing Director Gassen Dorsamy, en poste depuis 2012 et dont le contrat arrive à terme en mai prochain. Les dirigeants syndicaux présentent quatre raisons pour justifier le non-renouvelement du contrat du No 1 de la CHCL avec, en tête de liste, l’échec du Managing Director dans la transformation de la compagnie.
« The 80% Employees of the CHCL represented by the PLMEA are of the view that the contract of the present Managing Director should not be renewed for the following reasons : the present Managing Director of the CHCL has not been able to bring the necessary re-organisation of the CHCL to transform it into a more efficient port for the betterment of the country and its employees in the future ; the attitude of the Management Director during the process of the negotiation of the Collective Agreement has caused serious unnecessary industrial relations tensions ; the Management has not yet fulfills all the legal undertakings under Collective Agreement signed between the CHCL Ltd and the PLMEA, due to delaying tactics adopted by the Managing Director. This is also leading to a regain of industrial tensions within the CHCL ; instead of bringing efficient Management and sound industrial relations, the Managing Director has and is adopting repressive policy towards employees of the CHCL », font comprendre les syndicalistes dans le courrier adressé au président du conseil d’administration Robert Pallamy.
D’autre part, les syndicalistes exhortent le board à procéder à une « review » des cas de licenciement de 37 employés par le management. « The PLMEA call the board to review on a case to case basis the dismissal of the some 37 employees by the Management. Dismissal of employees has become the current policy at the CHCL, and is causing serious tensions », souligne le syndicat. Dans la foulée, la PLMEA réclame des mesures immédiates contre certaines manoeuvres louches chapeautées par la CHCL contre le président du syndicat, « so as to ultimately dismiss him as employees of the CHCL ». Et de poursuivre : « Employees of the CHCL view these maneuvers as a direct attack against trade union rights and in particular the PLMEA President’s stand and activities as a trade unionist. »