Raju Jaddoo a pris officiellement, le 1er décembre, les fonctions de secrétaire général de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) suite au départ à la retraite de Mahmood Cheeroo, le 30 novembre. Il avait été recruté comme secrétaire général désigné en février 2013.
Raju Jaddoo a occupé le poste de directeur général du Board of Investment (BoI) de 2005 à 2010. Sous sa direction, le BoI fut chargé d’apporter des réformes pour un meilleur environnement des affaires à Maurice. « Ainsi, grâce aux différentes activités du BoI, l’agence de promotion est devenue une organisation de référence en matière de bonne gouvernance, décrochant en 2008 le World Association of Investment Promotion Agencies Award for Policy Advocacy », affirme la MCCI dans un communiqué de presse.
Ancien partenaire au sein de De Chazal Du Mée, firme de consultants pluridisciplinaires ayant des bureaux à Maurice et dans plusieurs pays africains, Raju Jaddoo était responsable d’un portefeuille de clients locaux et étrangers qui comprenaient les représentants du secteur public aussi bien que ceux du secteur privé. « Il était très impliqué en matière de conseils stratégiques pour le développement du secteur privé. De par son riche parcours professionnel à l’international, M. Jaddoo fut régulièrement sollicité par la Banque Mondiale et autres institutions régionales telles que la SADC et le COMESA pour aider les États membres à améliorer leur climat d’investissement et le niveau de service de leurs agences de promotion », ajoute la MCCI. Raju Jaddoo a également apporté sa contribution à une étude de la Banque Mondiale concernant l’efficacité des zones économiques chinoises en Afrique.
Par ailleurs, la MCCI se félicite du « riche parcours » de Mahmood Cheeroo au sein de cette organisation du secteur privé. M. Cheeroo s’est joint à la Chambre en septembre 1994 en tant que secrétaire général adjoint et fut nommé secrétaire général en juillet 2000. « Durant son mandat, il a su consolider le rôle de la MCCI sur le plan local et international de par les différentes actions menées par l’institution », souligne la Chambre.