Ouf de soulagement pour l’ensemble des employés de la compagnie de nettoyage Securiclean. La direction, représentée par son CEO Patrick Maurel, a fourni la garantie au ministère du Travail que les salaires dus allaient être payés, une partie des salaires devant être versée sur les comptes des employés aujourd’hui et l’autre à la fin du mois. Du côté du syndicat, on se réjouit de ce dénouement.
Le ministre du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callichurn, a présidé hier une nouvelle réunion en présence du Permanent Secretary de son ministère, du Director of Labour, du CEO et du comptable de Securiclean Mauritius Ltd, de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) et des employés de cette société. Depuis le début de la semaine, différentes démarches ont été initiées afin d’identifier les moyens pour trouver les fonds nécessaires pour payer le salaire des employés de la société. Selon nos renseignements, une issue a pu être dégagée après une réunion jeudi avec le secrétaire financier Dev Manraj pour permettre à la compagnie de nettoyage d’échelonner ses paiements à la Mauritius Revenue Authority (MRA) sur une plus longue période. Ce qui devrait permettre à Securiclean de payer ses employés.
Lors d’une nouvelle réunion tripartite hier, le CEO de Securiclean a donné la garantie que les salaires de janvier allaient être payés en partie aujourd’hui. Le reste du paiement sera effectué fin février. Les salaires de ce mois seront, eux, payés au plus tard le 10 mars. La direction de la firme de nettoyage explique que « la situation devrait retourner à la normale fin mars », avec les salaires payés d’après les délais préconisés inscrits dans la loi du travail. « Nous considérons qu’il s’agit d’un dénouement positif puisque les employés ont obtenu la garantie qu’ils allaient être payés. C’est un pas dans la bonne direction », commente Atma Shanto, porte-parole de la FTU.
Pour rappel, lundi dernier, des employés de la firme de nettoyage Securiclean s’étaient réunis devant la Victoria House pour protester contre le non-paiement des salaires et le licenciement d’une trentaine d’employés de la société. À ce propos, la FTU réclame la réintégration des employés ayant obtenu leur feuille de route il y a deux semaines. La direction de Securiclean a fait comprendre qu’elle étudiera la question ainsi que celle ayant trait au paiement des “outstanding annual leaves”. Une nouvelle réunion de suivi a été fixée au 9 mars et sera présidée une nouvelle fois par le ministre du Travail.