Avec une production annuelle de pomme de terre qui atteint désormais 21 000 tonnes, Maurice, qui en consomme 24 000, a maintenant un taux d’autosuffisance de 90 %. C’est ce qu’a indiqué le ministre de l’Agro-industrie Satish Faugoo hier à Glen-Park, lors du lancement de la récolte et du National Potato Festival 2012.
Si la consommation de pomme de terre n’avait pas augmenté, souligne Satish Faugoo, le pays aurait atteint un taux d’autosuffisance de plus de 90 %. « La pomme de terre est un produit stratégique, tout comme l’ail et l’oignon », affirme le ministre de l’Agro-industrie, avant de rappeler que le pays est déjà autosuffisant en oeuf, poulet et légumes frais. Il a aussi souligné que des perspectives d’exportation de poulet vers La Réunion existent.
Le ministre a fait ressortir que la mise en place de plusieurs plans d’aide aux agriculteurs a donné les résultats escomptés. « Notre objectif est de réduire les importations. Le gouvernement a beaucoup oeuvré entre 1995 et 2000 pour que les planteurs puissent augmenter leurs productions agricoles. C’est ainsi que nous avions atteint un taux d’autosuffisance de 70 % en 2000 pour la pomme de terre. »
Selon Satish Faugoo, un des facteurs qui a découragé les planteurs est le prix des semences subissant une constante hausse d’année en année, passant de Rs 18 700 la tonne en 2001 à Rs 43 000 en 2008. « Nous avons introduit le Potato Seed Purchase Scheme, avec un fonds de Rs 30 millions, à travers lequel le planteur verse 10 % à l’achat des semences, le solde de 90 % étant remboursable après la récolte », a-t-il indiqué. Par ailleurs, face aux représentations des planteurs par rapport au problème d’accès à Malakoff-Glenpark Robinson Link Road, le ministre a annoncé le projet d’aménager un « wheel track » pour les 4×4 et les camions.
Le président de la Mauritius Agricultural Marketing Cooperative Federation (MAMCF), Vijay Ramjee, a pour sa part indiqué que sa fédération est constituée de 60 sociétés regroupant environ 7 500 planteurs. Ils cultivent quelque 3 000 arpents de terre dans la région de Glen-Park. « Nous assurons 60 % de la consommation locale en pomme de terre », a-t-il déclaré.
Vijay Ramjee a également fait état de la hausse des prix des intrants et de la fluctuation de ceux des légumes, et du manque de main-d’oeuvre. La MAMCF a ainsi fait une demande pour l’importation de main-d’oeuvre étrangère.