Stéphano Babet (39 ans), Laval Hurree (40 ans) et Antoine Hypolite (47 ans), tous trois employés d’Alpha Cleaning engagés dans le nettoyage des parois vitrées de la tour 1 de la CyberCity, à Ébène, ont vécu ce matin une expérience des plus traumatisantes. Pendant plus d’une heure, ils se sont en effet retrouvés coincés dans une nacelle, laquelle avait littéralement basculé dans le vide à hauteur du 11e étage. Du côté des passants comme des automobilistes traversant la New Trunk Road à cette heure de la matinée, c’était également la panique en voyant la nacelle se balançant dangereusement avec ses trois occupants. Tous ceux présents sur les lieux ont été unanimes à reconnaître l’efficacité dont les opérations de sauvetage ont été menées par les forces de l’ordre, et ce grâce à l’intervention de membres du Police Helicopter Squadron et du Groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM). Car si aucune victime n’est à déplorer, l’incident aurait pu virer en un dramatique accident du travail. Toutefois, deux des trois employés, à savoir Stéphano Babet et Antoine Hypolite, encore sous l’effet du choc, ont été placés sous surveillance médicale au Princess Margaret Orthopaedic Centre (PMOC).
Il était environ 8 h ce matin lorsque ces trois employés d’Alpha Cleaning ont pris place dans la nacelle. Un quatrième employé de cette même société, Patrice Labour, avait, lui, pris position sur le parking, au bas du bâtiment, afin de surveiller l’opération de descente de la nacelle du toit de cette tour de la CyberCity. Son témoignage est crucial dans la séquence des événements.
« Mo ti pe guet naselle desan. Lt ti bien desanne. Ene kut, li nek bloke ek line verse ene kote ek kumans balanse. J’ai alors entendu des cris et des appels au secours », confie Patrice Labour, encore en état de choc, au Mauricien. Sa première réaction a été de courir vers l’ascenseur en vue d’interrompre l’alimentation électrique de la nacelle en attendant l’arrivée des secours. Pressé de questions quant aux étapes suivantes, il répondra juste : « Pa dimand mwa plis ki sa. Mone gagn ene “black-out”. Mo pa pe rappel nanyen. »
À ce moment précis, de nombreux employés de bureau de la région d’Ébène assistent, impuissants, à ce drame, la nacelle se balançant dans le vide à hauteur du 11e étage de l’immeuble de verre. C’était notamment le cas de Pravesh Ramful, employé à la Standard Chartered Bank d’Ébène, non loin de la première Cyber Tower. Il était au volant de sa voiture, vers 8 h 30, lorsqu’il a aperçu la nacelle avec, à son bord, des techniciens de surface, pendant dangereusement dans le vide. « J’ai aperçu au moins trois personnes, dont un portant un casque jaune de sécurité. De là où j’étais, je ne pouvais rien entendre. Mais ce que j’ai vu m’a donné des frissons », raconte-t-il, encore tout secoué. La circulation étant dense, comme à l’accoutumée, Pravesh Ramful raconte avoir aperçu un véhicule du SAMU « qui semblait perdu ». Il explique : « J’ai alors baissé ma vitre et j’ai indiqué au chauffeur où il fallait qu’il se dirige. » Et de dire estimer qu’un poste de police de même qu’une caserne de pompiers deviennent « indispensables » à Ébène compte tenu des immeubles existants et de la nécessité d’assurer un service de sécurité à cet endroit.
Entre-temps, les opérations de secours ont été enclenchées avec l’entrée en scène de l’hélicoptère de la police et la descente en rappel des éléments du GIPM pour sécuriser et stabiliser les attelles de la nacelle sur le toit de l’immeuble. Ensuite est venue l’étape délicate de la récupération des trois employés d’Alpha Cleaning dans la nacelle métallique. Stéphano Babet n’en revient pas de ce qu’il a vécu ce matin, perché entre ciel et terre.
« Mo ti rann mwa kont ki naselle-la ine bascule. Ene kut, mone gagn ene sok kan mone guette dan ki posisyon mo ti ete dan ler. Pena mo pou eksplike. Mo leker ankor pe fer mal. Mo nek ti pe attan kiler pou sapp mwa kot mo ti ete », déclare le rescapé après avoir reçu les premiers soins. Son confrère, qui revient aussi de loin, s’est, lui, évanoui et a dû être admis à l’hôpital pour des soins. Il devait être rejoint par Stéphano Babet, qui n’avait pu tenir le coup émotionnel. En revanche, Laval Hurree était entendu dans la matinée par la police de Rose-Hill, qui a ouvert une enquête pour établir les circonstances exactes de cet accident du travail.
L’inspectorat du ministère du Travail et des Relations industrielles a diligenté une enquête au terme de l’Occupational Health and Safety. La nacelle et les équipements inhérents ont été placés sous scellés pour les besoins d’enquête. Le ministre de tutelle, Soodesh Callichurn, qui avait à ses côtés le vice-Premier ministre et ministre du Logement Showkutally Soodhun, a déclaré, sur les lieux après les opérations de sauvetage : « Un accident reste toujours un accident de trop. Les opérateurs sont tenus de procéder à la maintenance de leurs équipements de manière régulière avec des étapes tous les ans et, même, tous les six mois. Une enquête a déjà démarré et nous aviserons sur la base des conclusions. » De son côté, un représentant de la firme Alpha Cleaning, présent lui aussi sur les lieux, a préféré ne pas faire de commentaires, préférant attendre d’abord de comprendre ce qui s’est vraiment passé.