Les cas de noyade enregistrés depuis le début de l’année, dont quatre victimes à Rose-Belle et Flic-en-Flac en un seul jour, poussent le ministère de l’Environnement, de la Gestion des catastrophes naturelles et de la Beach Authority, en étroite collaboration avec la force policière, à accroître la surveillance sur cinq plages considérées comme à risques.
Ce projet bénéficiant d’un traitement fast-track et estimé à environ Rs 2 millions, en attendant les appels d’offres, devrait être opérationnel dans les meilleurs délais. Des études ont désigné cinq plages populaires comme étant les plus à risques : Mon-Choisy, Flic-en-Flac, Belle-Mare, Blue-Bay et Tamarin. Ainsi le déploiement des équipes de secours dans ces endroits sera renforcé par la présence de deux nageurs professionnels de la Special Mobile Force (SMF) en semaine et trois durant les week-ends, pour prêter main-forte à leurs collègues de la National Coast Guard.
Le ministère de l’Environnement compte mettre d’importants moyens logistiques à disposition de ces unités de secours, avec l’installation de tours de guet et de plates-formes flottantes en vue d’assurer un meilleur contrôle visuel, principalement dans l’eau. Des sauveteurs seront postés sur les plates-formes flottantes pour pouvoir réagir rapidement à toute situation d’urgence. Des équipements spécialisés seront également mis à la disposition des secouristes.
À un point de presse tenu hier après-midi aux Casernes centrales, en présence du commissaire de Police Dhun Iswur Rampersad et du Commanding Officer de la SMF Khemraj Servansing, Raj Dayal, en sa capacité de ministre de la Beach Authority, devait donner les grandes lignes de ce projet inédit en matière de sécurité sur nos plages. Le ministre a mis l’accent sur la volonté du gouvernement de réduire le nombre de noyades et de miser sur la rapidité d’intervention des unités de secours en cas d’urgence.