Les personnes âgées de 60 ans + comptent pour 24% des victimes des accidents de la route. Interpellée, l’Ong Prévention Routière Avant Tout (PRAT), a organisé hier deux ateliers de travail au Collège du St-Esprit. Et ce, avec la participation de Daniel Raymond, conseiller national en matière de sécurité routière, Petiot Nahaboo, agronome à la retraite, formateur et coach de 74 ans, de la constable Géraldine Neptune et du sergent Pooleecootee, de la force policière, et du Dr Bassodev Goolaub, médecin généraliste.
Un atelier de travail destiné aux élèves de la Form 3 et de la Form 4 a été tenu hier au CSE. À cette occasion, Alain Jeannot, président de PRAT et ancien élève de ce collège, a lancé un appel spécial aux jeunes pour qu’ils chérissent et protègent leurs grands-parents – qui sont « très vulnérables » sur les routes. « Des 497 morts sur nos routes entre janvier 2012 et juin 2015, l’on recense 118 personnes âgées. Ce qui représente 24% des victimes, alors que la population de plus de 60 ans est de 14%. De plus, trois victimes piétons sur cinq sont des personnes âgées. Considérant qu’en 2052 le pourcentage de citoyens âgés de plus de 60 ans va doubler, nos routes risquent d’être encore plus meurtrières si nous n’arrêtons pas cette hémorragie », a déclaré Alain Jeannot.
Prenant le relais, Petiot Nahaboo a fait un vibrant témoignage de son quotidien en tant que personne âgée. Faisant état du manque de considération et de patience envers les citoyens du 3e âge sur nos routes, Petiot Nahaboo a invité les élèves à se mettre à leur place car « nos réflexes sont amoindris, nous souffrons de rhumatisme et de douleurs; l’ouïe et la vue aussi sont souvent affectées ».
La constable Géraldine Neptune a pour sa part mis l’accent sur le Code de la route, en soulignant les différents risques, tels que la vitesse et l’alcool au volant. Ils sont à l’origine de nombreuses collisions, et aller à l’encontre des lois en tant qu’usagers de la route implique mettre en danger la vie d’autres personnes également, a-t-il fait ressortir.
Le Dr Bassodev Goolaub a, lui, expliqué les différentes conditions médicales auxquelles les personnes âgées sont exposées et qui modifient considérablement leur comportement sur la route. Parmi, le diabète avec ses risques d’hypoglycémie, les rhumatismes, les douleurs articulaires, les soucis cardiaques et autres défaillances des sens. Le Dr Goolaub en appelle à la patience et la vigilance dans ce contexte.
Par ailleurs, les responsabilités civiques individuelles ont été abordées par Daniel Raymond. Le conseiller national en matière de sécurité routière regrette qu’à Maurice, à l’opposé des pays Européens tels que la France ou l’Angleterre, les automobilistes aient la priorité sur les piétons. « En France, dès qu’un piéton pose ses pieds sur la chaussée pour traverser, l’automobile s’arrête. Ce qui n’est pas le cas à Maurice », a-t-il fait ressortir. Daniel Raymond a aussi lancé un appel en faveur du vivre ensemble et du respect des personnes âgées.
Après les interventions, les élèves ont été séparés en carrefour pour un partage sous la direction des intervenants. Un représentant de chaque carrefour devait, à l’issue de cet exercice, partager les suggestions et autres résultats de l’atelier. Il y a eu unanimité sur la nécessité d’accorder une considération accrue aux personnes âgées, par exemple en proposant de les accompagner le soir lorsqu’elles sortent et en évitant de les bousculer sur la route lorsqu’elles se déplacent lentement ou de façon incohérente.