La conduite sous l’effet de drogues ou de stupéfiants sera un délit, au même titre que la conduite en état d’ivresse. Un amendement à cet effet sera apporté au Road Traffic (Amendment) Bill et a été approuvé par le Conseil des ministres hier.

Selon les termes de l’amendement proposé, toute personne qui, sous l’influence d’une drogue ou d’un stupéfiant, fera du vélo sur une route ou dans tout autre lieu public, ou conduira ou tentera de conduire un véhicule automobile dans de pareilles circonstances commettra un délit.

Idem pour ceux qui, sous l’influence de substances illicites, conduiront ou tenteront de conduire un véhicule impliqué dans un accident de la route, voire occuperont le siège avant d’un véhicule automobile en tant que conducteur compétent, supervisant un apprenti conducteur qui conduit le véhicule sur une route ou dans tout autre lieu public.

Cette question avait été évoquée par plusieurs orateurs, dont Paul Bérenger et Veda Baloomoody, au Parlement dans le cadre des débats sur le budget. La question était de savoir si la police dispose des équipements nécessaires pour effectuer les tests adéquats en vue de savoir si une personne se trouve ou non sous l’effet d’une drogue. Il s’agira également de savoir si la police pourra effectuer des prises de sang sur les personnes concernées.