Le système actuel de collecte, de stockage et d’analyse des données sur les accidents de la route se digitalise. L’objectif : garantir l’exactitude et la cohérence des informations récoltées par les policiers pour les besoins de leurs enquêtes.

A cet effet, dans le cadre du Road Crash Data Management System (RCDMS), 80 tablettes ont été réparties dans les différents postes de police de l’île.

« L’analyse et l’interprétation des données relatives aux accidents de la route sont au cœur de toute approche scientifique visant à résoudre le problème de la sécurité routière », soutient la Traffic Management and Road Safety Unit .

Jusqu’à présent, les policiers utilisent un formulaire de rapport spécifique pour enregistrer les données relatives aux accidents avec blessures. Ce processus s’est avéré gourmand en ressources et inefficace.

« Combat acharné ».

Désormais, la collecte de données sur les lieux des accidents se fera au moyen de tablettes. Les informations seront téléchargées vers des serveurs sécurisés hébergés au Government Online Centre (GOC).

« Le ministère mène un combat acharné pour réduire les accidents de la route. Les automobilistes sont malheureusement toujours imprudents et ne respectent pas le code de la route. On ne peut plus tolérer que nos jeunes perdent la vie sur nos routes », déplore Alan Ganoo.

Le RCDMS est piloté par iMAAP, un logiciel développé par la société Transport Research Laboratory (TRL), au Royaume-Uni. Le projet iMAAP-RCDMS a été mis en œuvre par un partenariat entre le SIL (Maurice) et le TRL avec un budget de Rs 14 millions.

La première partie d’une formation continue, destinée aux policiers de Maurice et de Rodrigues, sur l’utilisation des tablettes pour la collecte de données a déjà été complétée.