Environ 70 personnes ont participé lundi, sous une pluie fine, à la marche blanche pour dire « stop » à la violence routière, aux abords de l’Université de Maurice. Mais les étudiants du campus du Réduit ne sont pas prêtés au jeu alors que cette revendication de rue se faisait « chez eux ».
À l’annonce la semaine dernière de l’association Prévention Routière Avant Tout (PRAT) concernant le lieu de la marche blanche, jugé « stratégique », l’on s’attendait à une bonne réaction des étudiants de l’université de Maurice (UoM). Mais il n’en a rien été.
Selon les chiffres de PRAT, seules 70 personnes ont participé à la marche. L’initiative de l’association lancée par le travailleur social Alain Jeannot semblait louable : cesser l’hémorragie sur nos routes, rendre un vibrant hommage aux victimes de 2012 et s’engager à ce qu’il n’y ait aucune victime en mai.
Devant peu de participants, des acteurs de marque engagés dans la sécurité routière ont tour à tour fait une intervention de circonstance. Ben Buntipilly, conseiller spécial au Prime Minister’s Office en matière de sécurité routière, a mis l’accent sur la détermination du gouvernement à rendre nos routes paisibles et sûres.
Ben Buntipilly a aussi fait un vibrant appel aux citoyens pour assumer leurs responsabilités tout en étant prudents et patients sur nos routes. Il a annoncé l’arrivée prochaine d’un conférencier français sur les effets désastreux de la conduite sous l’effet de l’alcool.
Les représentants du Fellowship First Aiders ont quant à eux démontré la pertinence des premiers soins prodigués aux victimes d’accident de la route. L’on retiendra ainsi que des gestes simples peuvent sauver des vies.
Me Robin Appaya, trésorier de PRAT, a commenté les conséquences légales des accidents. L’homme de loi a émis des souhaits pour que la cour soit discrète lorsqu’elle donne des sanctions plus sévères aux chauffards qui ôtent des vies.
Steward Bardou, secrétaire de PRAT, a de son côté lancé un appel aux jeunes pour qu’ils adoptent de bons comportements sur nos routes. Cet étudiant de l’UoM a aussi souhaité qu’une place plus importante soit accordée dans les écoles à la sécurité routière.
Après les différentes interventions, une marche a eu lieu dans l’enceinte de l’UoM. Les participants scandaient des slogans comme « Alcool au volant accident au tournant ! », « Pran soin mars dan coin », « Pena carrosserie, pena airbag ki zigzag to fer lor to moto », « Stop accident avant accident stop nou » et « Ene sel lavie, protez li ».
Les participants, visiblement affectés par l’indifférence des étudiants de l’UoM, ont ensuite procédé à un lâcher de ballons blancs pour clôturer la marche.