Le permis à points fera son “come-back” le 1er mars. Pour l’occasion, le compteur des automobilistes sera remis à zéro après 24 mois. Les chauffeurs professionnels, eux, bénéficieront eux d’une période plus courte, soit de 18 mois. Avant l’entrée en vigueur du permis à points “new-look”, des amendements à cet effet devront être présentés devant l’Assemblée nationale, qui siégera à nouveau très prochainement. Ce week-end, le ministre des Infrastructures publiques Nando Bodha a donné de nouvelles indications sur la nouvelle formule de ce système instauré en faveur de la sécurité routière. En effet, les automobilistes épinglés verront leur compteur remis à zéro au bout de 24 mois tandis que les « chauffeurs professionnels », eux, bénéficieront d’une période plus courte, soit 18 mois. Par ailleurs, confirmation a été obtenue à l’effet que les “speed-cameras” seront désormais calibrés sur deux limites de vitesse pour l’autoroute, soit 80 km/h et 110 km/h, et deux “speeds limits” pour les autres routes (60 km/h et 80 km/h). Comme annoncé lors d’une conférence de presse à la veille du Nouvel An, Nando Bodha a confirmé que les automobilistes devront payer une amende lors de la première infraction au code de la route. Le système de points, lui, ne s’appliquera qu’en cas de récidive. Les autres points annoncés incluent notamment un système de réhabilitation. En effet, un programme spécifique sera accordé aux automobilistes ayant dépassé 60% des 15 points. Il leur permettra de diminuer leur nombre de points par trois. De plus, les motocyclistes ne pourront plus continuer à rouler avec un simple “learner” durant plus d’un an. Des motos-écoles, comme celles en opération à La Réunion, seront créées pour obtenir un permis durant cette période.