Outre une augmentation de 3,7 % pour la pension de vieillesse, le ministre des Finances Xavier-Luc Duval a annoncé l’injection de Rs 100 millions dans un New Income Support, qui couvrira quelque 8 000 familles très pauvres ne bénéficiant d’aucune aide sociale et vivant en dessous de la ligne d’intervention de la pauvreté fixée à Rs 6 200. Par ailleurs, la Child Protection Act sera amendée pour davantage de protection aux mineurs à travers l’émission, notamment, de “Sexual Risk Orders”, comparables aux “Protection Orders” émis dans les cas de violence domestique. Quant à l’âge limite des enfants souffrant de handicaps sévères et qui bénéficient d’allocations spéciales, il passe de 15 ans à 18 ans. Un budget de Rs 24 M a été annoncé pour doubler la capacité d’hébergement des handicapés sévères. Enfin, des Social Impact Bonds ont été annoncés pour la récompense d’ONG réalisant des performances probantes.
La pension de vieillesse connaîtra une augmentation de 3,7 % avec ce budget. Les personnes âgées de 60 à 89 ans, qui sont quelque 175 000, recevront une pension mensuelle de Rs 3 623 alors que ceux âgés entre 90 et 99 ans percevront la somme mensuelle de Rs 10 789. S’agissant des centenaires, la pension mensuelle passe de Rs 11 800 à Rs 12 300.
Par ailleurs, a indiqué le ministre des Finances, les personnes âgées qui sont éligibles au programme de visite médicale à domicile auront désormais le choix entre continuer avec la visite gratuite à domicile ou bénéficier d’une allocation de Rs 6 000 par an, payable en plusieurs fois. Cela, « for greater effectiveness of our medical domiciliary visit programme ».
D’autre part, des bracelets personnels munis d’alarme seront distribués aux personnes âgées présentant des handicaps sévères. Rs 12 M ont été allouées pour le bouclage du Centre récréationnel de Pointe-aux-Piments. Également au programme de ce budget, un autobus aux marches faciles pour transporter les personnes âgées au Centre récréationnel de Pointe-aux-Piments et un quatrième Centre récréationnel pour ce groupe d’âge à Riambel.
S’agissant des aides sociales, elles ont été revues à la hausse par 3,7 %. Elles comprennent des allocations sous le nouveau Child Support Scheme introduit l’an dernier et qui couvre à ce jour quelque 6 300 enfants chaque mois, à condition qu’ils soient réguliers à l’école.
Si à présent, l’aide sociale vient en aide à 20 000 cas basés sur des critères spécifiques, le budget allouera Rs 100 M en 2014 à un New Income Support car nombre de foyers, selon le Grand Argentier, ne bénéficient d’aucune aide alors qu’ils sont très pauvres. Ce programme couvrira quelque 8 000 familles vulnérables vivant en dessous de la ligne de la pauvreté fixée à Rs 6 200. Pour en bénéficier, toutefois, ces familles devront s’inscrire sur le Social Register of Mauritius. Par ailleurs, les adultes devront participer régulièrement à un Socio-economic Empowerment Programme, conçu pour les aider à trouver du travail et à s’intégrer dans la société. Les enfants devront être réguliers à l’école et le programme durera pour une période maximale de deux ans pour toutes les familles qui s’y joindront. Pour le Grand Argentier, « ces mesures sont une corde de sécurité tendue à ces familles ».
Des Special Impact Bonds seront introduits par le ministère de la Sécurité sociale pour la première fois à Maurice et serviront à récompenser des ONG avec des accomplissements probants, ce qui encouragera celles-ci à améliorer leur performance. Le gouvernement commencera à piloter les Social Impact Bonds en débutant avec des programmes de réhabilitation d’anciens détenus et de toxicomanes.
Rs 24 M seront injectées dans la création de deux ailes additionnelles au Foyer Trochetia, ce dans le but de doubler la capacité d’hébergement des personnes avec handicaps sévères.
Enfin, des amendes plus conséquentes seront imposées par des cours à ceux « who defraud our social security system ».