Pour 2016, SEDA, Saïd Abdallah, artiste comorien prolifique (sculpture, peinture, installation) dont les oeuvres dialoguent avec celles de Ibrahim Said Bacar et du photographe Bara. Il évoque pour nous les raisons contextuelles de son travail, les émotions provoquées, les relations tissées, sa formation à l’Ecole des Métiers et Arts plastiques d’Antananarivo. A travers l’association « SimboArt », SEDA oeuvre pour conserver et redonner vie aux signes et symboles magico-religieuses des talismans aux Comores. Au-delà de l’émotion esthétique, ses travaux nous plongent dans un univers dont il nous livre quelques secrets.