Le 27 novembre dernier, l’Unesco a décrété le “sega tipik” mauricien patrimoine intangible de l’humanité. Une décision accueillie avec beaucoup de joie et d’émotion par les ségatiers mauriciens, et encore plus par ceux qui le pratiquent et qui ont milité pour sa reconnaissance. Lors d’une rencontre organisée par le ministère des Arts et de la Culture au courant de la semaine, ils ont exprimé leur satisfaction, mais aussi leurs attentes pour que le travail se poursuive. Ils souhaitent que le gouvernement vienne de l’avant avec une structure adéquate à cet effet.