Le journaliste et écrivain Sedley Assonne explore l’univers du séga. Il brosse une galerie de portraits d’hommes qui ont alimenté cette musique depuis Ti Frer à nos jours.
Sedley Assonne livre une analyse personnelle du séga dans Ségatiers. L’ouvrage débute par une partie historique. Est avancée la thèse que le séga aurait des origines arabes, et non indiennes ou africaines ! Dans une interview de l’auteur, publiée en annexe du livre, on lit ceci : “Aucune part en Afrique noire vous ne trouverez un instrument ressemblant de près ou de loin à la ravanne mauricienne. Par contre, dans les pays arabes, la ravanne est omniprésente, sous différentes formes. C’est cela qui avait fait dire à certains historiens mauriciens que la ravanne était d’origine indienne. Mais c’est impossible que le séga provienne de la Grande Péninsule, car les esclaves étaient déjà à l’Isle de France, bien avant  que n’arrivent les Indiens.”