Les téléphones portables saisis à la prison de Melrose en octobre
  • L’ADSU compte demander un “Judge’s Order” pour examiner les appareils

Un lot de téléphones portables a été saisi dans l’enceinte de la prison de Melrose en octobre. Une enquête a été ouverte pour déterminer à qui ce paquet était destiné.

Dans la nuit du 28 au 29 octobre, les gardes-chiourmes de la prison de Melrose, postés sur une tour, ont aperçu une silhouette en dehors de l’établissement pénitencier balançait des objets dans l’enceinte de la prison. L’individu s’est par la suite enfui à travers les buissons à proximité avant que les gardiens ne réussissent à au moins l’identifier.

La Correctional Emergency Response Team a laissé les objets balancés sur place pour capturer leur destinataire. Mais, durant la journée, personne ne s’est rendu dans ce « no man’s land ».

Finalement, les officiers ont procédé à la saisie du paquet. Celui-ci contenait 16 téléphones portables des marques Samsung, Nokia et LG, ainsi que 42 batteries et trois chargeurs. Ces objets ont été mis sous scellé avant que la police ne soit informée de leur découverte.

Entre-temps, l’affaire sur la saisie de 110 kg d’héroïne sur un hors-bord au large du Coin de Mire a éclaté. La direction de la prison a alors donné des instructions pour fouiller de fond en comble des cellules de toutes les prisons. Surtout celles des détenus incarcérés pour trafic de drogue. Mais rien de compromettant n’a été découvert.

Si les destinateurs des 16 portables sont inconnus, l’ADSU a toutefois voulu initier une enquête à cet égard. L’ADSU compte solliciter un Judge’s Order pour entreprendre le décryptage de 16 téléphones portables saisis.

En effet, l’équipe du DCP Choolun Bhojoo n’écarte pas la possibilité que ces appareils puissent contenir des informations sur des trafiquants de drogue à Maurice.

À ce stade, l’ADSU n’a pas souhaité faire le lien entre cette affaire et la saisie de 1,65 Md d’héroïne, voire un quelconque réseau de drogue. D’autant plus que les principaux caïds sont actuellement détenus à La Bastille. Sauf que leurs lieutenants sont éparpillés dans les prisons de Melrose et Beau-Bassin.

Des développements sur cette saisie sont attendus prochainement.