Selon l’édition 2016 de l’indice de la mondialisation que vient de publier l’École polytechnique fédérale de Zürich (EPFZ), Maurice est le deuxième pays africain le plus mondialisé. Le Maroc occupe la première place à l’échelle africaine. Au niveau mondial, Maurice (58e sur un total de 192 pays) talonne le Maroc (57e).
Au classement africain de l’indice de la mondialisation de l’EPFZ, l’île Maurice et le Maroc précèdent l’Afrique du Sud (61e au plan mondial), l’Égypte (66e), la Tunisie (81e), les Seychelles (82e), la Namibie (98e), le Sénégal (99e), le Nigeria (103e) et le Togo (106e). Au plan global, les Pays Bas sont le pays le plus mondialisé devant l’Irlande et la Belgique. Pour l’édition 2015, ces trois pays s’étaient également partagé les trois premières places du classement. L’édition 2016 montre que l’Australie arrive au 4e rang devant la Suisse, Singapour, le Danemark, la Suède, la Hongrie et le Canada.
L’indice de l’EPFZ mesure la globalisation sur une échelle de 1 (le moins mondialisé) à 100 (le plus mondialisé). Le classement reflète l’état de la mondialisation économique, sociale et politique. Pour ce qui est de la dimension économique, l’indice tient compte, d’une part, de l’importance des flux commerciaux, d’investissements et de revenus transfrontaliers rapportés au produit intérieur brut (PIB) et, d’autre part, de l’impact des barrières commerciales et des restrictions de circulation des capitaux.
Quant à la dimension sociale de la mondialisation, elle est mesurée à l’aide de trois variables : a) les contacts transfrontaliers personnels sous la forme d’appels téléphoniques et de courriers, les flux touristiques et l’importance des populations étrangères résidentes ; b) les flux d’informations transfrontaliers à partir de l’accès à Internet, à la télévision et aux produits de presse étrangers ; c) l’adhésion culturelle aux grands courants mondiaux à partir du nombre de filiales McDonald’s et Ikea, ainsi que des exportations et importations de livres rapportées au PIB.
Pour ce qui est de la dimension politique de la mondialisation, les données prises en compte sont : le nombre d’ambassades étrangères présentes dans un pays, les organisations internationales dont le pays est membre, les missions de pacification de l’ONU auxquelles le pays a participé ainsi que le nombre d’accords bilatéraux et multilatéraux signés par le pays depuis 1945.
Selon la nouvelle édition de l’indice de la mondialisation, la Macédoine est le pays qui a reculé le plus dans le classement, avec une perte de 19 places pour se retrouver au 93e rang. Les autres replis importants sont le Kazakhstan (-17 rangs), le Lesotho (-13 rangs), l’Angola (-9 rangs) et la Sierra Leone (- 9 rangs). Les pays qui ont le plus progressé sont : Porto Rico (+ 47 rangs), l’Égypte (+ 24 rangs), la Zambie (+ 16 rangs), la République dominicaine (+ 9 rangs) et le Malawi (+ 9 rangs).