La nouvelle List of Indicative Priority Fields of Study (LIPFS) établie par la Tertiary Education Commission (TEC) fait état d’une grande demande de cadres dans les différents domaines de l’ingénierie ainsi que pour les métiers de l’informatique. Il est également fait mention d’un manque dans nos services publics et privés de main-d’oeuvre qualifiée dans le secteur des affaires et dans des créneaux bien spécifiques de la profession légale. Ces informations devraient intéresser les nouveaux “HSC holders” qui s’embarquent dans des études supérieures de même que ceux qui veulent donner une nouvelle orientation à leur vie professionnelle.
Après quatre ans, la TEC remet à jour la liste des filières d’études considérées comme prioritaires par rapport aux besoins du pays à court et à moyen termes. Il est bon de relever que la TEC souligne l’attente des employeurs pour un personnel hautement qualifié et qui soit capable de soutenir le développement économique du pays. « It has been prepared taking into account the priority needs of the country for high-level human resources by assessing employers’ demand for graduates by discipline as well as the evolution of the labour market with regard to the potential supply of graduates in the short to medium term », écrit la TEC dans la note d’introduction de cette nouvelle LIPFS. La TEC espère que les futurs étudiants en tiennent comptent et qu’après l’obtention de leur diplôme, « they hold reasonably good prospect for employment in fields in which they have been trained, in line with the priority needs of the country ».
Les milliers de diplômés universitaires qui sont soit chômeurs, soit à la recherche d’un emploi correspondant à leurs qualifications académiques, témoignent du “mismatch” entre les orientations de l’économie et leurs diplômes. « The objective being to minimise mismatch in the economy by ensuring that the demand for and the supply of graduates are well balanced », souhaite la TEC au sujet de cette liste, indiquant les compétences requises dans les différents secteurs de la vie socio-économique du pays.
Cette List of Indicative Priority Fields of Study 2014/2015 a été préparée par un comité très large, qui était présidé par le Secrétaire Permanent du ministère de l’Enseignement supérieur et au sein duquel ont siégé les représentants des organismes suivants : le ministère de l’Enseignement supérieur, le ministère de l’Éducation & des Ressources humaines, la Tertiary Education Commission, le ministère du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi, le ministère de la Santé, Statistics Mauritius, le Joint Economic Council, la Chambre du Commerce & de l’Industrie de Maurice, la Mauritius Employers’ Federation et la Mauritius Export Association.
Une étude a été entreprise durant la période juin-octobre 2013 auprès des employeurs des secteurs public et privé pour la collecte d’informations concernant leur demande « for high-level human resources ». Au total, 214 institutions publiques et 377 organismes dans le privé ont été sollicités pour ce “survey”. Les employeurs ont été interrogés sur les secteurs pour lesquels ils éprouvaient le plus de difficultés à recruter des « graduates » et quelles étaient aussi leurs appréhensions par rapport à tel ou tel secteur à l’avenir. Durant cet exercice de consultations, le working group s’est appesanti sur les secteurs émergents et les nouveaux piliers de l’économie.
Le comité de travail a pris aussi en compte les références internationales « to determine whether there exists an oversupply or scarcity in certain fields ». Une ébauche de cette LIPFS a été soumise à l’appréciation des organismes du secteur public et du privé avant qu’elle ne soit finalisée. Cette LIPFS a pour objectif de guider les éventuels « higher education students » dans leur choix d’études. Cependant, la TEC souligne l’étroitesse ainsi que le caractère dynamique du marché du travail concernant les graduates. De ce fait, selon l’organisme, il y a risque que le manque aigu de compétences dans tel ou tel cas puisse donner lieu à un marché saturé dans un laps de temps assez court. « Users of the LIPFS are, accordingly, invited to exert caution and to consult the appropriate authorities conversant with latest labour market developments, prior to taking any decision concerning their final choice of study », leur conseille vivement la TEC. Cet organisme prend aussi soin de souligner qu’il n’y a aucune « garantie de possibilité d’emploi immédiat par le gouvernement »  après l’obtention du diplôme.