Le président du Ptr, Patrick Assirvaden, qui donnait samedi une conférence de presse en compagnie de Kalyanee Jhugroo, secrétaire général des rouges, et d’Abdullah Hossen, a affirmé que l’inauguration du nouveau terminal à l’aéroport a été à la hauteur de l’événement. En réponse à une question de la presse au sujet de la réforme électorale, il a affirmé que « le leader de l’Opposition Alan Ganoo sait quand le white paper sera publié ».
Le président du Ptr a salué d’entrée l’inauguration de l’aéroport car l’investissement dans ce projet est sans précédent surtout à un moment où le monde est en crise. Patrick Assirvaden a estimé que le World Economic Forum est venu donner raison au Premier ministre pour sa vision en classant Maurice en tête des pays africains à l’échelle de l’indice global de compétitivité. Le rapport a trouvé que le judiciaire est indépendant et que les institutions mauriciennes sont solides. Le nouveau terminal démontre que l’aéroport international SSR est une plaque tournante dans l’océan Indien, permettant à Maurice de jouer dans la cour des grands. « L’île Maurice est fière de ce bijou qui sera la vitrine de notre pays », a-t-il dit. Il a déploré la déclaration de sir Anerood Jugnauth qui a demandé le montant des dépenses pour la cérémonie d’inauguration du nouveau terminal. « Il y avait le vice-ministre chinois des Affaires étrangères ainsi que les représentants de l’aéroport de Paris, des invités de marque visant à nous permettre de vendre l’aéroport à l’international comme un bijou », a-t-il déploré.
« L’aéroport est un projet d’intérêt national et international, il fallait une inauguration à hauteur de l’événement. Nous pouvons assurer le MSM et sir Anerood Jugnauth que les frais d’inauguration ont coûté bien moins que le lancement du billet Rs 20 qui était une affaire de famille », a-t-il lancé.
Commentant la décision de la commission de Pourvoi en Grâce de demander aux quatre condamnés de l’Amicale de se référer au Criminal Appeal Tribunal mis sur pied par le gouvernement, « le Ptr sympathise avec les familles qui passent par des moments difficiles. S’ils ont été condamnés injustement nous leur présentons nos sympathies et demandons que les avocats utilisent tout l’arsenal légal pour prouver l’innocence de ces accusés en respectant l’État de droit dans une Cour de justice. La Tribunal Appeal Act a été adoptée justement afin que les innocents ne restent pas en prison alors que les coupables sont dehors ». Et de poursuivre : « Nous sommes sceptiques au sujet d’une commission d’enquête qui n’a aucune valeur légale et dont les conclusions n’ont pas force de loi », a-t-il dit.
Patrick Assirvaden est revenu sur le dossier du CEB. Il a estimé qu’il n’y a aucun black out à l’horizon : « Nous avons suffisamment de capacité énergétique pour répondre à la demande. Nous avons une croissance de 3 % en consommation énergétique à laquelle nous pouvons répondre. Nous disposons de la turbine à gaz en cas de problème », a-t-il dit. Il a demandé à Paul Bérenger de ne pas effrayer les investisseurs. Il a estimé qu’il n’est pas juste de dire que la centrale de St-Louis risque d’exploser. Il a souligné également ne pas être d’accord avec Paul Bérenger lorsqu’il demande de lancer un nouveau tender pour deux centrales de 50 MW chacune qui utiliserait l’huile lourde, le charbon, la bagasse ou le gaz. « Il n’est pas nécessaire de faire un nouvel appel d’offres alors que CT Power est déjà là. Soit nous laissons CT Power aller de l’avant soit nous prenons une décision contraire », a-t-il dit. « Un transaction manager a été recruté pour travailler sur ce projet énergétique, un troisième appel d’offres retardera tout le processus. Cela nous prendra quatre ans avant de mettre de l’énergie en ligne », a-t-il dit. « On ne peut rejeter le projet de CT Power pour le charbon et en même temps demander un nouvel appel d’offre pour le charbon », a-t-il ajouté.
Pour sa part, Abdullah Hossen est revenu sur le dossier des condamnés de l’Amicale. Le rapport du Pourvoi en Grâce est une avancée concernant les démarches visant à innocenter les quatre condamnés. Il a observé que le rapport, Wrongfully convicted, préparé par une équipe de légistes sous la direction de Rama Valayden, a apporté de nouveaux éléments. De plus, la Commission de Pourvoi en Grâce a reconnu la pertinence de la Criminal Appeal Amendment Act.
La secrétaire du Ptr, Kalyanee Jhugroo, a estimé pour sa part que les orateurs du Remake 2000 tiennent des propos diffamatoires et décousus dans leurs meetings. Elle a estimé que le Remake est un navire qui prend eau. « Bato remake pe coulé. »