Après Trou aux Biches et Pointe aux Piments, c’est  à Rivière Noire de voir débarquer les jet skis. Les premières activités du genre dans cette région devraient démarrer, selon nos informations, dans la dernière semaine du mois de juin. La Tourism Authority (TA) confirme en effet avoir octroyé son permis d’opération à Sportscraft Ltd pour l’exploitation de huit jet ski à Rivière Noire. Malgré les nombreuses protestations des Forces Vives de la région qui déplorent que des jet skis dans les eaux de Rivière Noire viendraient non seulement troubler la tranquillité de cette partie du littoral Ouest, reconnue internationalement comme un «site watch» des baleines, mais pourraient faire croître les risques d’accidents en mer. Leurs doléances n’auraient cependant pas fait le poids contre les différents lobbies des personnalités proches du pouvoir et proches des opérateurs…
Selon nos informations, Sportscraft Ltd qui a obtenu son permis d’opération pour l’exploitation de huit jet skis devraient démarrer ses activités dans les eaux de Rivière Noire le 25 juin au plus tard. C’est ce qu’indique un responsable de la compagnie qui a pris ses quartiers à Ruisseau Créole, Rivière Noire. Un cocktail d’inauguration officielle est même au programme le 20 juin. Et la publicité autour de cette activité a déjà commencé sur Facebook. Cette société qui a reçu sa «Letter of Intent» depuis un an, avec au préalable une demande pour opérer sur Flic en Flac, a finalement réussi à obtenir son permis d’opération sur Rivière Noire malgré la vague de contestations quant aux sites désignés par les autorités pour la pratique de cette activité jugée dangereuse.
En effet, depuis le début de l’année, les plaisanciers de l’Ouest, des pêcheurs, des hôteliers et autres riverains de la région, ayant eu vent de l’intention des promoteurs de Sportscarft Ltd de transférer leur permis de Flic en Flac, où ils avaient fait une demande, pour Rivière Noire/Tamarin, ont fait circulé différentes pétitions de contestations qui ont été soumises à la TA. Pour cause, les protestataires s’inquiètent des troubles qu’occasionnerait la pratique des jet skis à Rivière Noire, reconnue pour un site de Dolphin Watching, de plongée et autres activités nautiques. Refusant que leur tranquillité soit perturbée par des Jet skis, les membres des Forces vives et plaisanciers – par voie de courrier font savoir depuis janvier leur opposition à la reprise de cette activité dans les eaux de la région ouest et ont exprimé également de vivre voix, leurs griefs au ministère du Tourisme.
Cependant, force est de constater que les forts lobbies pour que cette compagnie – dont les promoteurs sont des proches du pouvoir – puisse opérer à Rivière Noire ont eu raison des protestataires. A la TA, on soutient qu’il n’y a pas de divergence. Niven Munessamy, directeur de la TA, soutient qu’il n’est au courant d’aucune doléance. Il ajoute toutefois que “selon mes informations, les promoteurs ont trouvé un accord avec les Forces Vives”.
 
«Nous ne nous laisserons pas faire»
Ce que contestent le porte-parole des plaisanciers, Karl Lamarque, indiquant ne pas avoir été mis au courant de l’entrée en opération de Sportscrafts Ltd à Rivière Noire prochainement. Ce n’est que jeudi dernier que des rumeurs ont commencé à circuler sur l’obtention du permis d’opération de Sportscraft Ltd, dit-il. “Immédiatement nous nous sommes réunis, car nous ne nous laisserons pas faire”, explique-t-il. “Et de faire ressortir qu’il est regrettable de voir que nos doléances n’ont pas été pris en compte.” Karl Lamarque soutient ainsi que “nous avons eu plusieurs rencontres à la TA pour exprimer nos griefs, et nous avons également rencontré le ministre du Tourisme. C’est complètement faux de dire que la TA n’est pas au courant de nos doléances”.
Insistant sur les dangers que représente une telle activité à Rivière Noire, il fait ressortir que dès demain, une lettre sera à nouveau envoyée au ministre du Tourisme en ce sens, pour réclamer une rencontre et le gel de ce projet. De son côté, Sportscraft Ltd concédant “qu’il y a eu des bâtons qu’on a essayé de nous mettre dans les roues”, estime que “ce n’est pas de notre devoir d’aller voir les Forces Vives. C’est l’affaire de la TA”.
A ce stade, avec l’entrée en opération de Sportscraft Ltd, c’est huit autres jet ski sde plus qui circuleront dans eaux mauriciennes, soit 16 au total, avec les quatre premiers de Jayraj Wochit à Trou aux Biches et les quatre autres de Mike Dookun, qui a finalement, après avoir tâté le pouls à TAB, mis le cap sur Pointe aux Piments. Selon nos informations, une quatrième compagnie, Yenba Entreprise Ltd, dont les promoteurs sont aussi des proches du pouvoir, a également reçu depuis un an sa «Letter of Intent». Cependant, le site de Pointe Jérôme, Mahébourg n’étant pas praticable, les promoteurs, qui n’ont pas encore fait l’acquisition des jets skis, attendent toujours l’aval de la TA pour un autre site.
La montée en puissance des jet skis dans nos eaux suscite la colère de plusieurs plagistes et autres utilisateurs de la mer, d’autant que des accidents ont été déplorés dans le Nord où cette pratique nautique est en cours depuis le début de l’année. Les forces vives de Rivière Noire se mobilisent pour contrer le démarrage de cette activité dans leur région, et envisagent des actions afin d’alerter l’opinion publique.
Affaire à suivre.