Entre dimanche dernier et ce dimanche, les villes reprennent leurs vraies couleurs. Affublés de rouge-bleu, mauve-orange, blanc-bleu ou vert, ronds-points et pylônes électriques étaient surchargés de banderoles et d’oriflammes défigurant les artères principales de nos villes. Si, dans certaines régions comme à Plaine Verte, les rues sont encore ornées de couleurs des partis politiques, une semaine après les élections, dans les cinq villes, on observe que le nettoyage se fait lentement… avec le concours des activistes, candidats et députés des cinq villes.
Outre le nettoyage obligatoire tombant sous la responsabilité des mairies, chaque parti politique a donné les instructions aux activistes et agents de remettre à propre toutes les artères des villes prises d’assaut durant la campagne électorale.
Ainsi, si les principales artères ont été débarrassées de ce qui est un véritable eyesore, toléré en campagne électorale, cette semaine, les partis politiques s’activeront pour tout nettoyer avant les fêtes de Noël. Hier, les activistes du PTr-PMSD, accompagnés de leurs députés, Xavier Duval et Nita Deerpalsing, étaient à Quatre Bornes pour une opération nettoyage. Une équipe du MSM-MMM sera demain à la cité Mangalkhan, au no. 16 pour déblayer les rues. Et ce sera la même tendance durant toute la semaine, des deux côtés, les députés prônant le respect de l’environnement.
Les règlements de l’Environment Protection Act interdisant l’utilisation du plastique facilitent ainsi largement la tâche pour le nettoyage, les banderoles et oriflammes en tissu étant plus faciles à enlever. En ce qu’il s’agit des affiches placardées, s’il y a eu quelques écarts des deux bords politiques, avec également dans certains endroits des arbres ornés qui faisaient offices de porte-drapeaux à l’effigie de certains candidats, le MSM-MMM et le PTr-PMSD s’engagent à continuer la campagne de sensibilisation auprès de leurs activistes pour que cela ne se répète pas aux prochaines élections.