Pendant une semaine, les participants ont été initiés aux principes de base de la formation militaire.

Les 40 candidats du concours Miss/Mr India Worldwide Mauritius, organisé par la Cancer Association, ont eu une semaine de formation avec la Special Mobile Force. Ce “boot camp”, qui est l’une des étapes de cette compétition, vise à former ces jeunes à la discipline et au “leadership”. La cérémonie de clôture a eu lieu samedi au Warrior Rest, à Vacoas.

Ils sont 40 candidats en lice pour la 7e édition de Miss/Mr India Worldwide Mauritius. Cette année, le concours a vu une nouvelle catégorie, celle de Mrs India Worlwide Mauritius. Miss India Worldwide, un concours de niveau international organisé dans plus de 40 pays, est dédié uniquement aux jeunes filles d’origine indienne. En amont, les finalistes sont soumis à une formation poussée de six mois, comprenant des cours de chant, de danse, de “catwalk”, de mannequinat et de slam, en sus d’avoir suivi des campagnes de sensibilisation sur le cancer, entre autres. Lors de la finale, qui se tiendra le 9 août, les participants seront soumis à un feu roulant de questions et les membres du jury leur attribueront des points sur leur style et leur manière de répondre. Les finalistes auront l’occasion de participer à des campagnes de sensibilisation avec les enfants défavorisés et assisteront à des causeries dispensées par les officiers de la Police Family Protection Unit et de la Crime Prevention Unit.

La formation à la Special Mobile Force a été faite pour la quatrième année consécutive. Pendant une semaine, ces participants sont initiés au “drill”, à des techniques de “self-defence”, au “trekking” et à certaines activités réservées aux effectifs de la SMF. « C’est une semaine d’entraînement intense où ces personnes apprennent surtout la discipline et comment vivre en groupe. Celles-ci doivent suivre des directives et apprennent qu’ici, tout le monde est égal et qu’il n’y a pas de distinction entre filles et les garçons », explique le PC Moongah, qui a été aux côtés de ces jeunes depuis le début. Le sergent Castel, qui était responsable des filles aux côtés de la WPC Vingta, explique que les participants ont eu une expérience « différente » à la SMF. « Nous leur avons montré les techniques de “leadership”, le respect, l’esprit d’équipe. C’est une “life long training” et nous espérons qu’ils continueront à mettre en pratique ce qu’ils ont appris. C’est certain qu’ils sortent d’ici avec un changement d’attitude », soulignent les policières.

Pour les participants, c’est « une expérience enrichissante ». Pour Prema Mookaram-Nayeck, habitant Lallmatie, employée dans le département audiovisuel du MIE et candidate dans la catégorie de Mrs India Worldwide Mauritius, « ce concours est un moyen pour les femmes mariées de montrer qu’elles n’ont pas de limite » et qu’elles « peuvent aussi faire de belles choses ». Et d’ajouter : « C’est un concours pour une bonne cause. À travers cette campagne, on peut au moins sauver une vie. Ce passage à la SMF sera définitivement un plus en termes de discipline et de “time management” durant la compétition. » Vaishali Jadhav, qui, elle, est dans la catégorie Miss India, est “aeronautical officer” à l’aviation civile. Elle espère pouvoir partager ce qu’elle a appris avec d’autres personnes. Après ce “boot camp”, les participants se prépareront pour la campagne de sensibilisation au cancer, une autre étape importante du concours.