Vingt-six enfants âgés de 10 et 11 ans de l’école du Nord ont participé à un “Atelier du goût” à l’hôtel Belle-Mare plage en octobre, dans le cadre de la Semaine du goût. Un projet qui leur permet, entre autres, d’être éduqués aux métiers de bouche et pour certains de découvrir une vocation.
« C’était génial ! », lance d’emblée Geoffrey Villveaud, les yeux pétillants, lorsqu’on lui demande comment s’est passé l’atelier. Ce garçon de 10 ans pense avoir trouvé sa vocation. « C’est très bien, c’est un métier qui rapport beaucoup d’argent », poursuit Geoffrey, qui avoue aimer manger et faire la cuisine. L’atelier du goût a été pour lui l’occasion de mettre en pratique, tout seul comme « un grand », ce qu’il a toujours voulu faire. « À la maison, ma mère ne me laisse pas faire la cuisine seul », soutient-il. Selon son professeur, Geoffrey, qui s’intéresse également à la pêche et aux motos, a été le premier au début de l’année scolaire à suggérer que parmi les activités, il y ait « une journée à faire la cuisine ».
Pendant une matinée, les enfants ont eu l’occasion de faire le tour des cuisines, d’assister aux préparations ou de mettre la main à la pâte en faisant du pain ou des pizzas. « On a aussi appris à faire du chocolat », soutient Léa Wiehe, 10 ans également. « J’ai adoré, dit-elle. J’adore faire à manger ».
Durant la première partie de la matinée, fait ressortir le chef exécutif de l’hôtel, Dominique Grel, « on leur a expliqué les métiers de la cuisine et les différents départements : la cuisine principale, le garde-manger, la pâtisserie, la boulangerie. Ils ont ensuite garni des canapés qu’ils ont mangés ». Les enfants ont aussi assisté au découpage du poisson. « Ils étaient émerveillés par la taille du thon ; ils ont aussi suivi une explication sur les différentes pièces de viande », poursuit le chef Grel.
À la suite de cette visite, les enfants ont préparé leur pizza, préparation qui consistait étaler la pâte et à y rajouter les ingrédients qu’ils souhaitaient. Toutes les formes étaient permises, souligne notre interlocuteur. « C’était super, surtout de pouvoir faire cela toute seule », soutient pour sa part Océane Hertach, 10 ans. À Estelle Mayer de renchérir : « Oui, surtout qu’on n’a pas l’habitude de la faire toute seule ». Elle précise avoir déjà fait du pain avec sa grand-mère. Cependant, elle ne souhaite pas en faire son métier. « Être chef, c’est trop de responsabilités », insiste-t-elle.
Charline Grel, la fille de Dominique Grel, veut quant à elle pratiquer ce métier. Si les goûts, les saveurs et les odeurs ne lui sont pas étrangers et qu’elle fait de temps à autre la cuisine, c’est la première fois qu’elle préparait quelque chose toute seule. D’ailleurs, elle a décroché le premier prix à un concours de devinette sur les huiles essentielles.
La deuxième partie de la matinée était composée d’un parcours de senteurs et de dégustation. « Certains s’en sont très bien sortis avec un niveau de 5/10 que même les adultes n’arrivent parfois pas à atteindre pour les senteurs ; pour le goût, il fallait décerner l’iode, l’acide, l’amer, le sucré, l’aigre doux, le salé ».
À l’issue de l’atelier, les enfants ont pu ramener le panier de pains qu’ils ont préparés sur place chez eux, pour une dégustation avec leurs parents.
———————————————————————————————————————————
Atelier du goût
Depuis quelques années, à la demande des écoles et pour faire connaître les métiers de bouche qui ne sont pas très côtés, l’hôtel Belle-Mare Plage propose des activités similaires. « On veut mettre en avant la profession », fait ressortir le chef exécutif Dominique Grel. Il indique que des ateliers similaires sont organisés à l’intention des clients également.