De hauts officiels et experts douaniers et de la fraude fiscale de plusieurs pays d’Afrique étaient à Maurice la semaine dernière pour un séminaire organisé par AFRITAC, centre de formation pour l’Afrique centrale et australe créé sous l’égide du Fonds monétaire international, et l’Africa Training Institute.
Les participants venaient du Burundi, du Cameroun, de la République Centrafricaine, des Comores, du Gabon, de la Guinée Équatoriale, de Madagascar, de la République Démocratique du Congo et de Maurice. Ils ont réaffirmé le désir de leurs pays respectifs de mieux collaborer en vue d’une meilleure compréhension des risques associés à la fraude fiscale ainsi que d’une coordination efficace dans l’élaboration de mesures préventives contre la fraude et de sanctions éventuelles.
Faisant état de la tenue de ce séminaire, le site web du FMI indique que le directeur général de la Mauritius Revenue Authority, Sudhamo Lal, a bien accueilli l’initiative d’organiser une formation sur la politique de prévention de la fraude fiscale, invitant les pays concernés à élaborer une stratégie cohérente. « The choice of the operational model for concerted action between customs and tax agencies to fight fraud is immaterial. What is critical is to ensure that there is a coherent strategy involving agencies moving in the same direction towards a common goal with dedicated and competent staff », dit-il.
Pour le coordonnateur de l’AFRITAC Central and South, Olivier Benon, le thème choisi pour le séminaire cadre avec les objectifs du centre car il est important d’améliorer l’administration fiscale, en particulier de la taxe à la valeur ajoutée, ainsi que la gestion des ressources naturelles des pays de la région.
Le commerce international génère des revenus importants pour les États de la région, notamment sous forme de TVA sur les importations et les activités domestiques. La fraude concernant la TVA nécessite des actions conjointes de la part des instances s’occupant de ses revenus et de l’administration douanière. « Sharing intelligence, cooperation, and integrating certain responsibilities of these two agencies is crucial for combating VAT fraud and improving its performance », souligne le FMI.