La solidarité va de pair avec l’intégration régionale. C’est ce qu’a soutenu hier le chef de la délégation de la Commission européenne, l’ambassadeur Alessandro Mariani, lors d’un séminaire à Port-Louis dans le cadre de la Journée de l’Union européenne observée aujourd’hui.
La rencontre d’hier à l’hôtel Labourdonnais, Port-Louis, a réuni Jean-Claude de l’Estrac, secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), Dev Phokeer, directeur de la Coopération régionale aux Affaires étrangères, Ali Mansoor, secrétaire financier, Satiawan Gunessee, conseiller économique aux Affaires étrangères et Raj Makoond, directeur du JEC. L’heure des questions a été marquée par un affrontement verbal entre MM. de l’Estrac et Mansoor qui ont une vision différente par rapport à la coopération régionale, notamment concernant le financement de la COI.
Pour l’ambassadeur Mariani, l’intégration régionale fait partie de l’ADN de l’Union européenne (UE) pour qui elle représente une importance stratégique. Il a souligné que sur ce plan l’UE et Maurice parlent le même langage d’autant que l’intégration régionale facilite la promotion de la démocratie et permet de promouvoir la paix et la stabilité. Alessandro Mariani a aussi fait remarquer que bon nombre de personnes pensaient que l’aide européenne à la COI pouvait difficilement dépasser le niveau des 45 millions d’euros. Ce qui n’a pas été le cas puisqu’elle a en quelques années doublé, atteignant ainsi les 90 millions d’euros. Il a lancé un appel pour que les États membres investissent plus dans l’organisation régionale afin d’encourager l’UE à consacrer davantage de ressources financières à la COI. « On peut avoir l’impression des fois que l’UE a plus confiance dans la COI que les pays membres eux-mêmes », a-t-il dit.
L’ambassadeur a rappelé qu’au moment de son arrivée à Maurice, les objectifs du pays en matière de coopération et d’intégration régionales étaient tout à fait clairs pour lui. En revanche ce qui ne l’était, a ajouté Alessandro Mariani, était ce que l’île avait à offert aux pays de la région. Il s’est réjoui que depuis, Maurice a fait beaucoup de progrès.
Alessandro Mariani a cité, entre autres, les aides financières accordées par Maurice aux pays de la région à la suite des catastrophes naturelles, la création dans le pays d’un centre de formation régional du Fonds monétaire international (FMI) et son implication dans la lutte contre la piraterie dans la région. « La boîte d’aide de Maurice aux pays de la région commence à se remplir », a-t-il soutenu.