« Education is a right, not a priviledge ». C’est en ces termes que Uma Sooben-Arnault, directrice de la Sen School Joie de Vivre Universelle, explique l’ouverture de ce centre qui vise à favoriser l’éveil d’enfants souffrant de troubles, d’autisme ou de trisomie 21. Pour cela, elle mise beaucoup sur la thérapie et l’encadrement et a sollicité à cet effet l’aide de Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Éducation, pour soutenir son projet.
Uma Sooben-Arnault avait lancé auparavant un centre de thérapie Joie de Vivre Universelle à Beau-Bassin, où sont utilisées des techniques d’intégration multisensorielles avec la collaboration du Dr Janine Van Der Linde de l’Afrique du Sud en vue d’aider les enfants ayant des déficiences intellectuelles. Au nouveau centre, à l’avenue hirondelle à Sodnac, Quatre-Bornes, chaque enfant a son programme individuel. « Notre rôle est d’essayer de sortir le potentiel d’un enfant. On a fait appel à un ergothérapeute. L’an prochain, notre mission à travers Sen School Joie de Vivre Universelle est d’inclure dans notre programme des slow learners comprenant des enfants issus des poches de pauvreté. » Expliquant sa vision pour son école, Uma Sooben-Arnauld indique que « Sen School Joie de Vivre Universelle caters for the empowerment and development of intellectually impaired children through a client-centered approach. Specialized education and appropriate therapies are provided to enhance physical, mental and social development so as to favor inclusion of our pupils in the normal society. »
Pour elle, il est recommandé qu’une attention soutenue soit apportée aux enfants âgés entre 2 et 16 ans qui souffrent d’autisme, de Down Syndrome et d’autres problèmes d’ordre mental. L’école encadre aussi des jeunes de 16 ans à monter qui souffrent de schizophrénie, d’Alzheimer et de Parkison.
Elle souligne que la formation du personnel est un point important et que pour cette raison il est important d’avoir une équipe de formateurs qualifiés. La Sen School Joie de Vivre Universelle Training Center encadre les carers, special need educators, primary care givers. Elle introduit également à Maurice de nouvelles techniques de thérapie.
Présente au lancement, Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Éducation, des Ressources humaines, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, a salué ce projet. Prochainement, dit-elle, des classes intégrées pour les autistes seront aménagées dans des écoles. « Le gouvernement a en tête d’ouvrir quatre autres écoles. » Concernant la Sen School Joie de Vivre Universelle, elle souligne que beaucoup d’enfants souffrant d’un handicap ont besoin de soutien. « Nous sommes là pour encadrer les ONG qui ont besoin d’aide. »