Depuis 2006, la JCI Port Louis travaille d’arrache-pied sur le projet Sensation Nature qui a pour but de promouvoir l’écotourisme et les activités saines en pleine nature, de sensibiliser le public à la nécessité de respecter et de protéger l’environnement et de faire connaître la biodiversité de l’île. Ces objectifs se traduisent par des actes précis comme le balisage de sentiers et la publication de brochures appropriées.
Sensation Nature bénéficie d’un financement de la PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) sous le GEF-SGP (Global Environment Facility’s Small Grants Programme).
En novembre 2009, les  membres du projet Sensation Nature présentaient leur premier sentier balisé : la montagne du Pouce.  
Une quinzaine de panneaux en bois indiquant la direction, l’altitude et la durée furent solidement enfouis en terre, dans plusieurs endroits stratégiques, sur la montagne.  Deux grands panneaux d’information avaient aussi été placés en début de randonnée à Petit Verger, Saint Pierre et au Dauguet, Port-Louis.  Ces panneaux décrivaient le sentier à travers une carte géographique et une courbe d’altitude : rien n’avait été laissé au hasard.  
Pour sensibiliser le public : conférence de presse, articles dans les quotidiens et hebdomadaires, articles en ligne, brochures, etc.  Des ateliers éducatifs et interactifs suivis d’expéditions sur la montagne furent aussi organisés.
Un peu plus de deux ans plus tard, que reste-t-il de ces panneaux?
Lentement mais sûrement, les panneaux disposés sur le sentier du Pouce ont été vandalisés.  Pour le bois? Pour le plaisir malsain de certains ? Nul ne le sait!
Dernier en date, le panneau d’informations mis au Dauguet, en début de la Promenade de Santé.
Lui aussi abîmé ! Abîmé ! A coup de pierres ou d’autres instruments…
Aujourd’hui, il ne reste que le panneau d’information à Petit Verger qui résiste à la perfidie de l’homme.
 Les membres de la JCI Port-Louis qui ont travaillé d’arrache-pied sur ce projet ne comprennent pas l’acharnement de certains citoyens mauriciens à détruire le bien commun.   On envie les sentiers balisés de nos voisins réunionnais… eux ont appris le respect de la nature sur les bancs de l’école, au sein de leur famille.
Et nous qu’enseignons-nous à nos enfants ?