Hôpital Narayana -Photo internet

Alors qu’elles étaient âgées de six jours seulement, les sœurs siamoises Marie-Cléa et Marie-Cléane ont quitté le pays pour Bangalore mercredi en compagnie de leur père. Elles ont été prises en charge par une équipe médicale dès leur arrivée. Quelle que soit l’issue (que l’on souhaite heureuse), les bébés venus au monde par césarienne le 4 janvier et reliés par le cœur devraient être séparées incessamment grâce à une opération chirurgicale si les examens sont favorables. Ce type de chirurgie n’est pas réalisable à Maurice.

Prises en charge par l’équipe de l’hôpital de Bangalore dirigée par le professeur D’Cruz, les petites Marie-Cléa et Marie-Cléane s’apprêtent à subir une lourde opération afin d’acquérir chacune leur autonomie. Selon Jameer Yeadally, l’attaché de presse au ministère de la Santé, la réalisation de l’intervention dépendra des résultats de toute la batterie de tests effectués sur les petites depuis leur arrivée à l’hôpital Narayana Health City, du groupe Narayana Hrudayalaya Hospitals. « Afin de préparer au mieux cette opération, surtout savoir si elle est réalisable, les médecins sont en train de faire de nombreux examens sur les deux bébés », nous dit-il.

Marie-Hélène Papillon, la mère des petites, n’a pu faire le déplacement à cause de son état de santé. C’est son époux qui lui donne des nouvelles de l’hôpital de Bangalore. « Je me prépare psychologiquement à toute éventualité. Mais j’ai la foi et je refuse de penser de façon négative », nous dit la mère des jumelles. Dans cette dure épreuve, elle reçoit le soutien de ses parents, venus de Sainte-Croix, et de ses proches, ainsi que du couple Fokeer, qui a vécu la même situation en 1992 en donnant naissance à des frères siamois. « Bien qu’íls aient perdu un de leurs bébés, ils m’ont rassurée et tenté d’atténuer mon angoisse en me disant que tout est possible avec la technologie actuelle. »

La naissance des jumelles Marie-Cléa et Marie-Cléane devait être le plus beau jour de la vie de Marie-Hélène et Ian Papillon, déjà parents de trois fils âgés de 18, 17 et 10 ans. Mais les circonstances les ont entraînés dans des situations auxquelles ils n’étaient pas préparés : donner naissance à des bébés siamois. Et surtout d’apprendre que l’opération sur les fillettes reliées par le cœur est risquée. Tout d’un coup, le quotidien de ce couple habitant Vieux Grand Port bascule, accompagné d’un long processus d’angoisse pour sauver les petites. Cette malformation n’a pas été décelée durant les premiers mois de grossesse, mais très tardivement, soit à l’accouchement. Marie-Hélène est révoltée. « À l’hôpital, chacun se renvoie la balle, gynécologue, radiologue », dit-elle.
Mariée à Ian Papillon, 44 ans, celle qui est originaire de Sainte-Croix s’installe à Vieux Grand-Port à son mariage. De cette union naîtront trois fils. Mais son mari voulait aussi une fille. « Mon mari a toujours voulu une fille, car nous n’avons que des garçons », nous dit la puéricultrice à l’école maternelle de Vieux Grand-Port.


Séparées grâce à une imprimante 3D

Séparer des jumelles siamoises reliées par le cœur est possible, grâce à l’imprimante 3D. En juin dernier, Savannah et Scarlett, des jumelles siamoises, originaires des États-Unis et reliées par le cœur, ont été séparées grâce à une opération chirurgicale par l’imprimante 3D. Une opération qui s’est terminée avec succès. Alors que Jacquelyn, la mère des siamoises, en était à sa 21e semaine de grossesse, le professionnel de la santé qui suivait la future maman a découvert qu’elle attendait des siamoises. Pour le médecin Jennifer Co-Vu, qui a étudié la physiologie des jumelles, les bébés survivraient à la naissance, mais également durant leur vie. Alors, elle a proposé aux futurs parents de tenter de séparer leurs filles par une opération, ou de les laisser ainsi. Les futurs parents ont choisi de risquer la séparation…

Les chirurgiens pensaient qu’elles avaient peu de chance de survie. En effet, ces deux fillettes, venues au monde par césarienne le 12 avril dernier, étaient reliées non seulement par le cœur, mais aussi par le foie, le diaphragme, ainsi que le sternum. Depuis leur naissance, Savannah et Scarlett ont reçu de nombreux traitements de la part des médecins du UF Health Shands Children’s Hospital, situé à Gainesville, en Floride (États-Unis), afin de parvenir à réussir cette opération chirurgicale. Heureusement, l’opération s’est très bien déroulée et les jumelles siamoises ont été séparées.