Sept semaines après ses dérapages verbaux à la Commission électorale (CE) lors de l’enregistrement des partis politiques pour les municipales, le leader du Party Malin, Danrajsingh Aubeeluck, a été interrogé “under warning” au Central CID hier. Il sera vraisemblablement poursuivi sous un chef d’accusation de « molesting ». Ce délit n’étant pas une “arrestable offence”, Danrajsingh Aubeeluck a été autorisé à rentrer chez lui hier après-midi, mais devra se présenter en cour prochainement pour être fixé sur son sort.
Les faits reprochés au trublion de la politique locale remontent au 12 mai dernier au siège de la CE, à Port-Louis, à l’occasion de l’enregistrement des partis politiques pour les élections municipales. Accompagné de ses plus proches collaborateurs, Danrajsingh Aubeeluck avait été pris d’une folle colère et avait haussé le ton contre le Commissaire électoral Irfan Rahman et un policier. Connu pour ses shows lors du traditionnel meeting du 1er-Mai, “Mr Malin” s’était même permis de faire de graves allégations à l’encontre du fonctionnement de la CE. Décision avait par la suite été prise de porter plainte contre le leader du Party Malin au vu de ses agissements envers le Commissaire électoral Irfan Rahman et l’institution.
Danrajsingh Aubeeluck s’est ainsi présenté aux Casernes centrales vers 10 h hier en compagnie de son homme de loi. Dans une brève déclaration à la presse, il devait confirmer qu’il avait été convoqué formellement au Central CID, sans en préciser toutefois les raisons. « Central CID inn telefonn mwa direkteman pou dir mwa vinn donn enn deklarasyon. Me nou pa kone ki lanket ena. Fode nou al dan biro Central CID direkteman pou kone kifer inn apel misye Aubeeluck. Dapre seki mo panse, li kapav ena enn rapor avek seki finn pase avek Komision elektoral lafwa dernye. Me nou pou gagn tou bann eklersisman dan biro lao », a-t-il fait comprendre avant d’emprunter les escaliers du Central CID. Peu après, Le Mauricien a cependant eu confirmation qu’il était bel et bien interrogé sur ses dérapages à la CE. À la fin de la séance, les enquêteurs l’ont laissé partir sous une accusation de « molesting ». Danrajsingh Aubeeluck devra répondre de ce délit devant le tribunal de Port-Louis.