Le président de l’Association for the Protection of the Environment and Consumers (APEC), Suttyudeo Tengur, estime que « jamais la Banque de Maurice (BoM) n’a été aussi juste dans sa tâche de veiller aux intérêts des clients des banques mais aussi des banquiers. » Il commentait le document Banking Your Future, publié vendredi par la BoM et qui fait état des doléances des consommateurs vis-à-vis des banques.
Pour Suttyudeo Tengur, le document pour consultation publique suivant le travail effectué par une Task Force à partir des doléances du public est un appel aux banques pour leur faire comprendre qu’elles doivent cesser de tondre leurs clients car leurs intérêts dépendent de ces derniers.
« La BoM prend ainsi les taureaux par les cornes. Les consommateurs apprécieront que contrairement aux autres documents et rapports qui dorment dans les tiroirs, la Banque de Maurice a institué un comité de quatre personnes pour recueillir les commentaires du public et ensuite, implémenter ses recommandations », déclare-t-il.
Suttyudeo Tengur estime tout à fait juste que la BoM relève que les clients des banques sentent que les services bancaires coûtent trop cher. « Ils sont traités injustement et ils pensent que les banques utilisent leur argent gagné après un dur labeur pour générer des profits substantiels pour leurs actionnaires, alors qu’ils sont obligés de payer des taux d’intérêt forts et des frais onéreux », poursuit le président de l’APEC.
Pour lui, le secteur bancaire est devenu une jungle « car les banques décident unilatéralement de faire ce qu’elles ont envie dans le seul but d’augmenter leurs profits et les dividendes versés à leurs actionnaires. Elles ne respectent même pas la compétition, dont on parle maintenant dans tous les secteurs économiques du pays ».
Dans son document, la BoM souhaite un traitement équitable des consommateurs et de la transparence dans les transactions bancaires. Elle demande aux banques d’adopter la notion de compétition tant sur les prix que les services offerts aux consommateurs à travers des prix raisonnables, des produits de qualité et un meilleur service. « Les choses devraient changer maintenant avec ce document publié par la BoM », estime M. Tengur. « Si elles ne changent pas, les autorités, dont le gouvernement, devraient veiller à ce qu’elles changent dans l’intérêt de tous », soutient-il.