La Barclays Bank Mauritius Ltd a mis fin, depuis le 31 décembre, à son service de location de coffres bancaires à ses clients. Une décision qui en a surpris plus d’un, considérant que ce service est encore disponible dans d’autres banques commerciales. Mais dans les milieux de la Barclays, on explique que la décision repose principalement sur des principes de bonne gouvernance, la banque voulant « agir proactivement afin d’éliminer tout risque de mauvaise utilisation d’un coffre », et ce également afin de protéger ses clients et son « image de marque ».
Le fait que seul le client ait connaissance du contenu d’un coffre en location peut-il poser problème au prestataire de ce service ? À la question de savoir si la banque est au courant des produits ou articles placés dans un coffre, la direction de la Barclays Bank Mauritius répond par la négative, ajoutant que « c’est justement la raison pour laquelle nous avons décidé de mettre fin à ce service ». À la HSBC aussi bien qu’à la MCB, on souligne que la banque n’a pas accès ou connaissance du contenu des coffres. « Dans nos conditions de location, nous spécifions clairement  que le client est tenu de ne pas y entreposer des produits qui soient “explosive, inflammable, liquid or of a dangerous, offensive or illegal nature” », précise un officier de la HSBC. À la MCB, on affirme : « Le client est informé que le service est réservé pour la sauvegarde de documents, bijoux et autres objets de valeur et qu’il est strictement interdit d’y déposer des produits sous forme liquide, de nature explosive ou offensive. » Mention est aussi faite que le service ne devrait être utilisé en violation des lois, dont la législation contre les pratiques de blanchiment d’argent à Maurice.
La décision de la Barclays Bank Mauritius d’arrêter le service de location de coffres ne relève pas uniquement de l’administration locale. Elle fait suite à une mesure prise en 2013 au niveau du groupe et qui intervenait dans le sillage des décisions prises par de grands groupes bancaires (Lloyds, HSBC, Natwest et Royal Bank of Scotland) de ne plus mettre des coffres à la disposition de nouveaux clients. Cette politique avait été décriée à l’époque, la chaîne BBC Asian Network, se faisant le porte-parole des clients des banques, indiquant que ces derniers ont été forcés à trouver d’autres moyens pour protéger leurs biens précieux, des bijoux dans le cas de la communauté asiatique.