Les abonnés du service Blueline de la National Transport Corporation qui utilisent la Blue Card auront désormais droit à l’Electronic-Ticketing. Ce nouveau système sera introduit dans les semaines à venir. Il vise à faciliter le déplacement des passagers qui utilisent régulièrement le service Blueline.
Avec le e-Ticketing, la CNT compte améliorer la gamme des services proposés sur sa flotte Blueline. Il s’agit d’une carte à puce prépayée que le passager doit insérer dans un appareil lorsqu’il monte dans le bus. Lorsqu’il en redescend, il doit effectuer la même manipulation et c’est alors que le coût de son trajet sera calculé de manière électronique et déduit de sa carte. Initialement cette décision, avait été prise pour remédier au manque de personnel auquel fait face actuellement la compagnie, car avec ce système, la présence d’un receveur dans l’autobus n’est plus indispensable. C’est le chauffeur qui sera appelé à remplir les fonctions de receveur. Cette carte à puce prendra la relève de la Blue Card que la CNT avait lancé en 2006. Celle-ci est utilisé par le passager pour payer son billet de bus au lieu d’utiliser des espèces. Pour cela, il lui suffit de créditer la carte auprès des receveurs pour un montant donné. Lorsque le crédit est épuisé, le passager peut le renouveler s’il le souhaite. Ce système avait surtout été imaginé pour mettre un terme au braquage des receveurs car avec la Blue Card, ils n’auraient que peu d’argent sur eux.
Mais si l’introduction de l’Electronic Card viendra certes faciliter la vie des voyageurs, du côté des receveurs, c’est le mécontentement et l’inquiétude. « Si la compagnie n’a plus besoin de receveurs, nous serons donc mis à la porte », se demandent-ils. Les receveurs de la compagnie CNT se disent tous être contre l’introduction d’un tel système qui va engendrer des pertes d’emploi. Aucune date précise n’a été communiquée quant à l’introduction de ce nouveau système, mais dans les autobus Blueline, depuis deux semaines, des affiches informent les passagers de l’introduction de l’e-Ticketing et leur précise aussi qu’une fois le crédit de leur Blue Card épuisé celle-ci ne sera pas réalimentée afin de permettre l’entrée du nouveau système. Si certains passagers que Le Mauricien a rencontrés se réjouissent de l’introduction de ce nouveau système, qui disent-ils, leur épargnera la peine d’avoir à trouver des pièces tous les jours pour voyager, d’autres estiment plutôt que la CNT devrait investir autrement pour garder le service Blueline. « Nous acceptons de payer plus cher pour un service différent, mais c’est triste de constater que les autres autobus sont mieux entretenus que les Blueline », souligne une habitante de Stanley, qui voyage souvent sur cette flotte. D’autres pointent du doigt l’état déplorable des sièges qui sont usés et sales et surtout pour lesquels, ils payent Rs 7 plus cher. « Donnez un service value for money plutôt que d’investir dans de grandes technologies », lancent-ils