La mise à exécution d’une des mesures annoncées dans le budget 2012 par le vice-PM et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, suscite controverse et passion en attendant mobilisation. Cette mesure concerne le samedi de tarvail pour les fonctionnaires. Le ministre de la Fonction publique, Suttyadeo Moutia, qui a animé des séances de travail à cet effet au cours de la semaine écoulée, s’est rendu compte de l’opposition farouche des fonctionnaires à cette décision. Les trois premiers services touchés par le travail du samedi à partir de février 2012 sont le ministère de la Sécurité sociale, le Registrar General et la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA).
Les syndicats de la fonction publique misent sur la mobilisation des fonctionnaires en début d’année en vue de faire échec à cette décision du gouvernement. Le président de la Fédération des Syndicats du Service Civil (FSSC), Toolsyraj Benydin, a pris la décision d’écrire au PM Navin Ramgoolam, lui enjoignant de revoir cette mesure, qualifiée de contraire aux recommandations du Pay Research Bureau et au Decent Work Agenda du Bureau International du Travail (BIT).
« Honourable Prime Minister, we have no doubt that you will concur with us that the opening of cash offices on Saturdays in some ministries and departments will cause administrative inconveniences and problems to officers concerned to safeguard money in that all banking institutions are closed. Financial regulations should also be adhered to when publics finds are concerned », soutient le président de la FSSC à l’adresse du chef du gouvernement.
De son côté, Rashid Imrith, président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public, a pris à contre-pied l’annonce du ministre de la Fonction publique concernant le paiement des heures supplémentaires aux fonctionnaires qui seront appelés à travailler le samedi. « J’attire l’attention des fonctionnaires sur le fait que les réglements stipulent que le paiement des heures supplémentaires dans la fonction publique n’est possible qu’après avoir accompli 40 heures de travail. Or, la semaine de cinq jours de travail du fonctionnaire est de 33 heures et 20 minutes actuellement. Même avec une journée de travail le samedi, le minimum de 40 heures sera difficilement traversé et ne pourra pas se qualifier pour le paiement d’overtime. Cette affaire de paiement d’heures supplémentaires est un véritable attrape-nigaud », soutient Rashid Imrith, qui lance un appel à une mobilisation des fonctionaires en vue de faire comprendre au gouvernement qu’il fait fausse route avec le travail le samedi dans la fonction publique.