À partir de la première semaine du mois d’août prochain, le Pay Research Bureau (PRB) enclenchera les étapes initiales menant à la publication en octobre 2015 du prochain rapport sur la révision des salaires et des conditions de services dans le secteur public. Les principales échéances menant à la mise à exécution des recommandations du PRB à partir du 1er janvier 2015 sont la soumission des mémoires et des propositions par les syndicats au plus tard le jeudi 31 juillet, et la détermination par le ministère des Finances de l’enveloppe financière pour le PRB dans le cadre des préparatifs du budget pour l’année financière 2016 en novembre de l’année prochaine.
Que ce soit du côté des fédérations et des syndicats dans la fonction publique et les corps para-étatiques ou encore au sein de l’état-major du PRB, l’on se dit conscient du véritable enjeu de ce prochain rapport du PRB. D’abord, pour la première fois, cette révision des salaires et des conditions de service dans le secteur public intervient au bout de trois ans au lieu de cinq.
Ce développement fait suite à des recommandations dans le rapport de l’Errors and Omission Commission, présidé par l’actuel secrétaire financier, Dev Manraj, suite à une demande formulée par les syndicalistes du secteur public, dont entre autres le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP), Rashid Imrith. Le principal avantage d’un rapport salarial échelonné sur une période plus courte est que les exigences pour le financement des propositions salariales et autres conditions de service devraient être moins onéreuses que pour la traditionnelle période de cinq ans.
Du côté du PRB, le prochain rapport sur trois ans sera non seulement une première en soi, il y a encore le fait que ce sera également une première pour l’actuel directeur du PRB, Teemul Jeebodhun. Il a succédé au précédent directeur Vijay Kumar Appanah, qui est parti à la retraite dans le sillage des protestations soulevées par le dernier rapport du PRB en date. L’actuel président puisera de son expérience en tant que membre du Top Team du PRB pour les autres rapports pour mener à bon port cette nouvelle mission se déroulant dans un contexte politico-économique particulier d’ici octobre 2015.
Une des premières décisions de la direction générale du PRB a été d’étendre la date limite pour la soumission des propositions par les fédérations et syndicats de la fonction publique et des corps para-étatiques. Ainsi, dans la lettre-circulaire P/17/CSU Vol. 9, le directeur du PRB rappelle aux syndicalistes qu’ils ont désormais jusqu’au 31 juillet au lieu du 16 juin pour des réclamations au chapitre des « Pay and Grading Structures and specific Conditions of Service » comme stipulé dans la correspondance officielle en date du 7 mai dernier.
Le PRB demande également aux syndicalistes de se tenir prêts à participer à partir du début d’août à des consultations avec le PRB. Dans un premier temps, les responsables des différentes fédérations syndicales devront être reçus au QG du PRB pour aborder tout le volet des conditions de service, dont la relativité des salaires et des facilités duty free et autres pour les employés du secteur public. Subséquemment, les syndicalistes des différents grades de fonctionnaires interviendront pour tenter de justifier la révision des salaires avec de nouveaux barèmes.
Le programme de travail établi au PRB fait voir que les consultations avec les syndicats devront durer environ six mois avec une période similaire pour des interactions avec le management des différents ministères et corps parapublics de même que la Rodrigues Regional Assembly avant que la rédaction ne soit entamée en vue de satisfaire l’attente des employés du secteur public.