La Mauritius Fire and Rescue Service a déjà enclenché son protocole d’urgence avec l’avertissement de classe 2 en vigueur depuis ce matin. Tous les pompiers en congé ont en effet été rappelés et des équipes se relaieront 24/24h pour répondre aux appels de détresse. Dorsamy Ayacouty, assistant chief fire officer, appelle à la collaboration du public car, rappelle-t-il, en pareille situation, il faut aussi se préoccuper de la sécurité des pompiers.

Avec l’alerte de classe 2 émise ce matin, le service des pompiers fonctionne à plein régime. Une équipe de 200 pompiers est ainsi en mode « stand by » dans les différentes casernes de l’île pour répondre aux situations d’urgence. En cas de nécessité, des équipes supplémentaires seront rappelées en renfort. « Selon le protocole en vigueur, dès l’alerte 2, tous les pompiers en congé sont rappelés. Nous allons constituer des équipes d’intervention sur une base de rotation afin de pouvoir répondre aux appels d’urgence », explique Dorsamy Ayacouty.

Outre les officiers basés dans les 10 casernes de l’île, la Special Operations Division, comprenant notamment les équipes de Rope Rescue et de Swift Water, est aussi sur le qui-vive. Les mêmes dispositions seront prises en cas de classes 3 et 4. « Nos équipes d’intervention de feu, d’obstruction ou d’accumulation d’eau sont sur place, prêtes à répondre à toutes les situations. Généralement, en temps de cyclone, nous sommes surtout appelés à assister le SAMU afin d’enlever les obstructions. De même, nous travaillons en concertation avec la police et la SMF. »

L’autre protocole en période cyclonique est la vérification approfondie du matériel nécessaire pour les interventions. « Il y a des vérifications régulières en temps normal, mais là, en situation d’urgence, il faut redoubler de vigilance et s’assurer que tout est en parfait état avant de sortir pour les urgences. De même, nous mettons nos véhicules à l’abri afin qu’ils ne soient pas endommagés par le cyclone et que nous puissions sortir à tout moment. »

Si la sécurité du public est une priorité, il faut aussi se soucier de la sécurité des pompiers, rappelle Dorsamy Ayacouty. « Quand il y a du vent ou des accumulations d’eau sur les routes, les pompiers mettent plus de temps à arriver sur les lieux. Ils doivent faire attention de rouler moins vite et, parfois, doivent même s’arrêter pour déblayer la route. C’est pour cela que nous faisons appel à la compréhension du public. »

L’assistant chief fire officer rappelle également quelques consignes de sécurité aux membres du public en cas de cyclone. « Il faut écouter la radio pour être au courant de la situation, surtout dans les endroits à risques, où il ne faut pas s’aventurer. De même, avant l’arrivée du cyclone, il faut ramasser les ordures qui pourraient boucher les drains provoquant des accumulations d’eau. Ramassez également dans les cours tous les objets susceptibles de s’envoler pendant le cyclone, provoquant des dégâts ou blessant même des personnes au passage. »

Par ailleurs, ajoute Dorsamy Ayacouty, il faut préparer un sac contenant de la nourriture de base, des médicaments, des documents de valeur, comme les cartes d’identité, les passeports ou actes de naissance. « Ainsi, vous aurez tout à portée de main si vous devez évacuer la maison. » Autre précaution : ceux qui prennent leur douche au gaz doivent garder la porte ouverte afin d’éviter l’accumulation du monoxyde de carbone, qui peut s’avérer mortel. Enfin, pour toute situation d’urgence, sachez que la “hot line” des pompiers est le 115. Ce service est gratuit et opérationnel 24/24h.