Le nouveau ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance a annoncé hier après-midi la reconstitution le plus rapidement possible du Financial Services Consultative Council (FSCC) en vue de se pencher sur la voie à suivre en matière de développement du secteur des services financiers. Roshi Bhadain intervenait lors du lancement officiel du NJ Global Opportunities Fund, à l’hôtel Le Labourdonnais.
Pour sa première allocution en tant que ministre responsable des services financiers devant les opérateurs économiques, Roshi Bhadain s’est appesanti sur sa vision de développement du secteur, faisant comprendre que désormais l’État et les acteurs de l’industrie devront travailler de concert pour sa promotion. « My vision is to provide for a framework conductive for the development of the financial services sector and for Mauritius to become a vibrant financial centre of international repute », a déclaré le ministre.
Roshi Bhadain a plaidé pour une approche concertée, rigoureuse et professionnelle en vue de donner une nouvelle impulsion aux services financiers mais a prévenu qu’il ne faut perdre de vue que ce secteur évolué rapidement et que le succès de Maurice dépendra dans une grande mesure de sa capacité à s’adapter aux événements mondiaux. Il reconnaît que la structure dont disposait le pays dans les années passées ne répond plus aux besoins de l’industrie aujourd’hui.
Le gouvernement, a-t-il poursuivi, comprend les attentes des opérateurs du secteur. Roshi Bhadain a fait état de son engagement personnel à apporter les modifications nécessaires au cadre légal et régulatoire ainsi qu’aux pratiques professionnelles concernant les services financiers. Toutefois, il a prévenu qu’on ne doit pas toucher aux règlements qui font la réputation de Maurice comme un centre financier d’excellence.
M. Bhadain a énuméré plusieurs facteurs sur lesquels on peut assurer une croissance solide pour l’industrie des services financiers : positionnement géographique du hub financier mauricien, réputation des institutions locales, expérience des opérateurs, intégrité du système, réseau d’accords de non-double imposition et de promotion/protection des investissements. « We can be for Africa what Singapore is to Asia and Luxembourg is for Europe », a-t-il observé.
Par ailleurs, Roshi Bhadain a estimé qu’il est temps de conclure les négociations avec l’Inde autour de l’accord de non-double imposition. « This can be achieved with the new Indian government in the higher interest of both economies », a-t-il dit, ajoutant que la diversification des marchés est aussi importante.