Le Chartered Institute for Securities & Investment (CISI), instance globale tournée vers la formation des professionnels de l’industrie des services financiers, dispose désormais d’un bureau local avec le lancement d’un comité consultatif international. Le lancement s’est déroulé récemment à l’hôtel Hennessy Park, Ebène, en présence du Lord-Maire de la City of London, Lord Mountevans Jeffey Evans.
Le président du comité national de CISI, Neeraj Umanee, a souligné dans son allocution qu’avec la sophistication du secteur des services financiers et conformément à l’ambition de Maurice de se transformer en une plateforme financière de choix dans la région, le CISI est appelé à jouer un rôle de premier ordre dans la formation des professionnels de ce secteur et à promouvoir des services de qualité. Avec son partenaire reconnu pour ce qui concerne la formation à Maurice, en l’occurrence Belstar Training Centre, CISI (Mauritius), a soutenu Neeraj Umanee, « will be very proactive to promote the activities and courses of CISI to the larger community of school leavers, young graduates & professionals ».  
Le président du comité national de CISI s’est appesanti sur la sophistication de l’industrie des services financiers et les changements en cours dans l’environnement fiscal international avec la FATCA (loi introduite aux Etats-Unis et faisant obligation à tous les pays de donner aux autorités fiscales américaines des informations sur les transactions et comptes opérés par les ressortissants américains), le Base Erosion Profit Shifting (imposé par l’OCDE pour prévenir l’évasion fiscale), les Common Reporting Standards (normes internationales pour l’échange automatique d’informations) ainsi que la révision des traités de non-double imposition.
Avec ces changements, Neeraj Umanee explique : « Jurisdictions which owe their attractiveness mainly to tax treaties will be hard put. They will have to reinvent their financial sector so that efficiency, performance and quality of service attract a much higher premium than tax incentives. » C’est une question de « adapt or perish »  pour le secteur des services financiers, a fait comprendre le président de CISI (Mauritius). C’est aussi pour cette raison que le pays a besoin d’institutions de formation de haute qualité pour donner l’impulsion nécessaire au secteur  des services financiers et à ceux voulant y faire carrière. Le formateur accrédité de CISI à Maurice a déjà lancé un programme de formation en gestion de fortunes et en investissement tout en se proposant, à l’avenir, de démarrer des cours sur le financement d’entreprise, la lutte contre les crimes financiers ainsi qu’un programme d’initiation pour les jeunes venant de terminer leurs études secondaires.   
Formé en 1992 par les professionnels opérant à la Bourse de Londres, le CISI s’est transformé graduellement en une instance globale regroupant plus de 40 000 membres dans 116 pays. Le bureau mauricien compte une trentaine de membres. L’institut encourage ses membres à adopter des normes professionnelles de haut niveau et à promouvoir l’intégrité, le professionnalisme et un comportement éthique au sein de l’industrie des services financiers.