Les régulateurs du secteur des services financiers non bancaires des pays membres de la SADC (Southern African Development Community) étaient réunis ces derniers jours à l’hôtel Long Beach pour discuter du contenu de la constitution du CISNA (Committee of Insurance, Securities and Non-Banking Financial Authorities) et du plan stratégique de l’organisation jusqu’à 2015.
Établi en 1998, le CISNA comprend les représentants des autorités régulatrices des pays suivants : Afrique du Sud, Angola, Botswana, République Démocratique du Congo, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Swaziland, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe. Ce comité doit soumettre ses rapports au comité des ministres des Finances de la SADC. Les membres du CISNA s’assurent de la surveillance de leurs marchés respectifs et ont pour objectif de mettre en place des cadres légaux et régulatoires solides tout en oeuvrant pour le développement rapide des secteurs des services financiers dans les pays concernés, et ce conformément aux bonnes pratiques internationales. La Financial Services Commission (FSC) de Maurice occupe la vice-présidence du CISNA jusqu’en 2013.
Dans son allocution d’ouverture de la réunion du CISNA, Clairette Ah-Hen, chief executive de la FSC, a déclaré qu’avec la récente crise financière, les centres financiers doivent travailler de concert en vue d’intensifier la surveillance des marchés respectifs pour de meilleurs échanges d’informations. « Indeed, no country today can work in complete isolation as the world is increasingly inter-connected. Indeed we are proud to belong to a regional group committed to working together with determination and shared friendship », a ajouté Clairette Ah-Hen. Maurice, en tant que vice-présidente du CISNA, prend son rôle au sérieux. D’autant que l’organisation doit poursuivre l’exécution de son plan stratégique tout en procédant à une révision de ses statuts, règles et procédures.
La directrice de la FSC s’est appesanti sur les efforts de la commission pour conclure des protocoles de coopération avec d’autres régulateurs. Le rôle de la FSC – pour développer une infrastructure appropriée à Maurice en vue de la consolidation des opérations financières – a été également souligné par Clairette Ah-Hen. Grâce à ces efforts constants, la FSC s’est vue attribuer le trophée de « Most Innovative Capital Market Regulator of The Year 2012 » au dernier sommet organisé par l’Africa Investor en collaboration avec la New York Stock Exchange (NYSE).
Clairette Ah-Hen a parlé de la collaboration de la FSC avec les banques centrales et d’autres régulateurs au sein du Financial Stability Board – Regional Consultative Group for the Sub-Saharan Africa. Selon elle, le CISNA a fait du progrès depuis sa création, mais a encore du chemin à faire, notamment au niveau de l’éducation des consommateurs, la lutte contre le blanchiment d’argent, le renforcement des capacités, l’harmonisation des lois, l’adoption de pratiques de bonne gouvernance et la mise en place d’institutions pour une bonne gestion des risques.
Elle a appelé les membres du CISNA à travailler ensemble pour la réalisation des objectifs fixés dans le plan stratégique.