Les services en ligne qui sont, pour rappel, les services gouvernementaux accessibles sur internet, sont sous-utilisés. Tel est le constat établi lors du Mauritius Digital Government Summit qui s’est tenu à l’hôtel Le Labourdonnais la semaine dernière. Les autorités, en particulier le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), misent sur une prochaine campagne marketing agressive afin d’encourager l’utilisation de ces services en ligne.
Parmi d’autres facilités offertes depuis le portail du gouvernement figurent le paiement en ligne pour des services tels que les frais d’inscription pour un Learner’s Driving Licence et celui de “parkings fines” de la National Transport Authority (NTA), entre autres. Les autorités veulent encourager l’utilisation de ces facilités qui permettent d’éviter des longues files d’attente dans les bureaux ou comptoirs, et moderniser les services offerts aux citoyens. Le ministère des TIC compte, par ailleurs, introduire la possibilité d’enregistrer des actes de propriété (title deeds) en ligne l’année prochaine.
La première édition du Mauritius Digital Government Summit avait essentiellment pour but d’évaluer le progrès de la mise en oeuvre de l’e-Government Strategy 2013-2017. À ce jour, le pays en est à 49 % de la mise en oeuvre des recommandations de ce document dont la stratégie été formulée par le ministère des TIC, à travers le Central Informatics Bureau (CIB).
Ce sommet avait aussi pour but de sensibiliser les participants sur les solutions d’e-government développés ou personnalisés pour le gouvernement mauricien ; de partager les meilleures pratiques dans le domaine de l’e-government, en particulier sur les « policy issues », telles que l’Open Government Data et le Data Governance ; et en dernier lieu positionner Maurice comme un centre régional pour le Digital e-government solution.