Microsoft, l’un des géants mondiaux de logiciels informatiques, fête cette année ses 15 ans de présence à Maurice. Ce ne fut nullement le fruit du hasard que Microsoftavait pris en 1998 la décision d’installer dans le pays ses bureaux régionaux pour desservir l’océan Indien et le Pacifique francophone. Cette initiative fut provoquée suite à l’adoption par le gouvernement du Copyright Actde 1997 visant à assurer la protection des droits de propriété intellectuelle. Toutefois, au cours de cette période initiale, la lutte contre les logiciels piratés et contrefaits a constitué et demeure encore une des préoccupations prioritaires avec l’objectif défini de faire Maurice intégrer le club avec un taux de piratage de 40% comme c’est actuellement le cas à l’île de La Réunion.
Dans la conjoncture, Paul Bunting, Country Managerde Microsoft pour la région Océan Indien et Pacifique francophone, ne se contente nullement de passer en revue le bilan de ces dernières années mais plutôt se tourne vers l’avenir en vue de porter cette coopération avec Maurice vers de nouveaux paliers. Le projet-phare demeure un partenariat avec le gouvernement pour la mise à exécution de l’ICT Skills Development Programmepour assurer la formation de quelque 15 000 jeunes dans le secteur de la technologie, de l’informatique et des communications (ICT).
D’autre part, en collaboration avec le National Computer Board, Microsoftest partie prenante d’un projet visant à encadrer desStart-Upslocaux pour un meilleur accès aux “software development tools; connecting them with key industry players, and providing marketing visibility through NCB’s Technopreneur Programme”.
Et au Country Managerde Microsoft de confirmer une nouvelle initiative pour asseoir cette présence à Maurice. “We  see an important opportunity for our Office 365 services which will be launched for Small and Medium Businesses and enterprises in a few weeks’ time. This service will help companies to focus more on their activities and less on IT issues”,ajoute-t-il.
De par son positionnement sur le plan international et en particulier en Afrique, Microsoftprivilégie l’Africa Agendaprôné par Maurice.”Microsoft recognises the great opportunity that represents Africa and so do many Mauritian companies today. We have a definite advantage on many other African countries, but many parts of the continent are booming and we are seeing great projects coming out of the ground. Mauritius need to tap into this opportunity and its ability to do so will depend on strategic decisions that needs to be taken at industry and national level in the coming months”, fait encore comprendre le représentant de Microsoftpour l’océan Indien et le Pacifique francophone.
Paul Bunting va plus loin en vue de promouvoir cette percée de Maurice sur le continent africain et préconise un rôle de modèle pour le pays dans ce domaine.“As such Mauritius can be a role model in the region and its Government want to go in that direction. In fact Microsoft and its partners have worked with the government to elaborate its E-government strategy. Its government portal is using our SharePoint technology to deliver e-government services to the citizens. They are also setting up the G-cloud (Government cloud) that will be running on our latest technologies”,soutient-il.
Projets d’envergure
Indépendamment à ces projets d’envergure, la lutte contre la piraterie des logiciels à Maurice continue à préoccuper MicrosoftOcean Indien et Pacifique Francophone. LeCountry Managerse félicite de la coopération des autorités et de la police en particulier pour contrecarrer la piraterie informatique. Les études entreprises sous la Business Software Alliance démontrent que le taux de piraterie est passé de 90% en 1994 à 78% en 1998 pour se retrouver à 57% en 2011.
“Ces progrès ne devraient pas nous pousser à dormir sur nos lauriers car d’autres pays, dont l’île de La Réunion, se retrouvent avec un taux de l’ordre de 40%. Nous devons redoubler d’efforts pour repousser autant que possible cette culture de la piraterie informatique. We still see shameless businesses around selling pirated and counterfeited products including software and trying to present these as legitimate products”,s’insurge Paul Bunting.
Microsoft compte accentuer sa campagne de sensibilisation axée sur les trois E, soit Education au sujet des risques avec les logiciels piratés et contrefait ; Engineeringavec des investissements dans des Anti-Counterfeiting Product Featureset Enforcementavec le soutien aux agences officielles pour éliminer les produits contrefaits du marché.