Avec l’arrivée de l’Utility Regulatory Authority (URA), une réflexion sur l’avenir du Central Electricity Board sera engagée, a indiqué hier le Premier ministre adjoint Ivan Collendavelloo qui intervenait à l’occasion d’une cérémonie organisée pour le lancement du logo de l’URA.
Le ministre a annoncé que l’Electricity Act adoptée depuis 2005 sera proclamée après l’adoption de quelques amendements par le parlement. Ce sera l’occasion pour les parlementaires de s’exprimer sur la politique énergétique.
Cet événement a permis à Ivan Collendavelloo de retracer les étapes qui ont débouché sur la création de l’Utility Regulatory Authority. Il a rappelé que l’Utility Regulatory Act a été adoptée en 2004. Toutefois l’autorité, n’était pas entrée en opération malgré les amendements apportés par la suite concernant la méthode de recrutement du président et des membres de l’instance régulatrice. Ce n’est qu’en septembre 2016 que le board de l’autorité a été constitué à la suite d’un amendement de la loi concernant la qualification du président et des membres du board. Par la suite, il a fallu chercher un directeur. À la suite de plusieurs tentatives tant au niveau local qu’international, c’est Alfred Byigero, qui occupait les fonctions de directeur général adjoint chargé de la régulation de l’Énergie et de l’Eau au Rwanda, qui a été nommé. Il a pris ses fonctions le 9 octobre dernier et a été présenté officiellement aux parties prenantes et à la presse hier après-midi.
Le Premier ministre adjoint a insisté sur le fait que tout a été fait pour que l’URA dispose des meilleures compétences possibles. Il a insisté sur le fait que même si le mode de recrutement des membres du board de l’URA est politique, cette instance aura toute la latitude nécessaire afin d’opérer en toute indépendance. Il a été très critique vis-à-vis de ceux qui ont tout mis en oeuvre pour empêcher l’URA de devenir opérationnelle sous prétexte que la régulation était synonyme d’interférence. Il a donné les garanties que l’indépendance de l’URA, qui s’occupera essentiellement de la production énergétique, sera sauvegardée. Il a également annoncé qu’un don d’un montant de 1,1 million de dollars a été obtenu du Green Private Fund pour l’URA. De plus, le soutien de l’AFD, de la Commission de régulation de France, est assuré.
Le président de l’URA, Goolam Mohamedhai, a évoqué le travail abattu par le board de l’instance régulatrice depuis sa constitution il y a un an. Pas moins de 22 réunions du conseil d’administration ont été organisées. Il a exprimé son appréciation aux membres du personnel du ministère des Services publics et de l’URA pour leur dévouement. Le président de l’URA a toutefois rappelé que l’URA ne pourra pas exercer ses fonctions régulatrices aussi longtemps que l’Electricity Act de 2005 n’aura pas été proclamée. Cette proclamation ne pourra être faite qu’après que toutes les lois concernées auront été harmonisées.
Le directeur de l’URA, Alfred Byigero, a longuement parlé de l’importance des instances régulatoires et a observé qu’une priorité sera de préparer un plan stratégique pour le secteur énergétique.
C’est Kooshalduth Bhungy qui a remporté le prix du meilleur logo qui sera adopté par l’URA. Il a remporté un prix de Rs 25 000.