C’est avec une ferveur intense que les Seychellois ont fêté, mercredi dernier, l’Assomption de la Vierge Marie, à La Digue. Avec une population de 2 500 habitants, cette île granitique, qui porte le nom d’un des vaisseaux de la flotte de Marion Dufresne ayant transporté les explorateurs français en 1768, est la troisième plus grande île des Seychelles, après Mahé et Praslin.
La messe a été célébrée en plein air, devant une grotte qui abrite une statue de la Vierge Marie, à Anse Réunion, en présence d’un millier de fidèles. Des Seychellois sont venus des îles avoisinantes, Mahé, Praslin, Silhouette par bateau à cette cérémonie annuelle que les natifs ont nommé “Fet La Digue”. Une célébration qui commémore la montée au ciel de l’âme et du corps de la Vierge Marie, mère de Jésus, le fils de dieu, selon les saintes écritures. La cérémonie a été présidée par Mgr Denis Wiehe, évêque de Victoria, avec le curé de la paroisse, père Francis Kaumbulu, le père Philippe Badouhassian de la paroisse de Marignane, France, et le père Jacques Kouyimoussou Kisito, missionnaire, originaire du Congo Brazzaville. La cérémonie a été marquée par des prières et des chants en français, en anglais et en kreol.
Parmi l’assistance, outre des résidents de l’île, il y avait un certain nombre de Seychellois venant des îles Mahé et Praslin, et également des touristes de plusieurs nationalités, venant de France, d’Italie, de Suisse, d’Allemagne, de Chine et du Japon. L’Assomption est une fête nationale aux Seychelles, c’est un jour férié. Des messes sont célébrées dans toutes les églises de l’archipel, pour rappeler le jour où la sainte Vierge, la mère de Jésus, fils de dieu, est montée au ciel. Une grosse majorité des Seychellois sont des catholiques pratiquants et la sainte Vierge a une place spéciale dans leur vie.
Lors de son homélie, le Mauricien Mgr Denis Wiehe a fêté par la même occasion, le 15 août, les 11 ans de son épiscopat aux Seychelles. Il a souligné que la sainte Vierge a vécu sa vie en deux étapes. Lors de la première, elle avait une vie simple, mais avec beaucoup d’amour et la foi en dieu, et il a expliqué comment cette jeune fille juive qui est allée rendre visite à sa cousine Elisabeth qui était enceinte, fut à son tour, selon le plan de dieu, choisie pour donner naissance à Jésus. Comme toutes les mères juives avec leurs traditions et leurs cultures, elle a enseigné à son fils la parole de dieu. La deuxième étape a été son ascension au ciel selon les saintes écritures. Dieu a voulu que son corps ne soit séparé de son âme, et elle est ainsi montée au ciel comme son fils. L’évêque a rappelé aux fidèles qu’ils sont appelés à vivre comme la Vierge Marie, à vivre avec la foi en dieu. Mgr Denis Wiehe a lancé un appel aux parents, à la fin de son homélie qui a duré une quinzaine de minutes, leur disant que comme Marie a éduqué son fils Jésus, ils sont appelés à en faire de même. Il y a un temps pour s’amuser, mais il y a aussi un temps pour être sérieux, dit-il. Les difficultés rencontrées dans le quotidien de la vie sur cette terre, dit-il, ne doivent pas être des raisons pour se tourner vers la drogue, vers l’addiction, la prostitution ou être esclave de l’alcool.
La célébration, qui a débuté à 9 h, a pris fin vers 10 h 35. Elle a été suivie d’une procession vers l’église de Notre Dame de l’Assomption. Tout le long du trajet, des prières, accompagnées de chants dédiés à la Vierge Marie, ont été repris par l’assistance. Le cortège a parcouru un peu plus d’un kilomètre et de nombreux Diguois ont placé des petites statues de la Vierge Marie devant leurs maisons et ont richement décoré leurs entrées avec des fleurs et des banderoles. Des écriteaux avec des intentions de prières ont été fixés sur les troncs d’arbre. Arrivée à l’église, la statue de la Sainte Vierge a été installée sur un socle à côté de l’autel, où le Saint sacrement a été exposé par la suite. L’assistance s’est recueillie et est repartie après avoir reçu la bénédiction de l’évêque.