Sevré de victoire depuis 2013 — son dernier gagnant Pole Of Cold remonte à la 31e journée le 5 octobre — Jean-Roland Boutanive a renoué avec la victoire après dix-neuf mois. Un succès signé Ek Tha Tiger, lequel est enfin parvenu à ouvrir son compteur après douze tentatives étalées sur deux saisons au Champ de Mars.
« Ek Tha Tiger aime bien courir sur une piste détrempée (3e à 1,40L de Montante et 2e à 2,05L de Generous Gent en 2014). Quand j’ai remarqué qu’il n’a cessé de pleuvoir depuis jeudi, je me suis dit que tout espoir était autorisé. Finalement, le cheval ne m’a pas déçu ».
Comment JRB a-t-il vécu ce retour dans la winner’s enclosure qui en fin de compte s’est fait beaucoup attendre ? « C’est vrai, l’attente a été très longue. Mais je n’ai jamais baissé les armes. Quand j’ai fait mon home work, j’ai noté que Torero, piloté par l’apprenti Beelal Deenath, et avec 52 kg seulement sur le dos, n’aurait d’autre alternative que de courir à l’avant. Je sais aussi que Port Albert a la fâcheuse habitude de drop the bit à 400m. Le scénario que je prévoyais allait se réaliser. Quand j’ai demandé un effort à Ek Tha Tiger à l’emballage final, il a merveilleusement répondu ».
19 mois après
Boutanive, bredouille en 2014, a dû attendre durant cette première tranche de la présente saison deux à trois semaines supplémentaires en ce qui concerne Ek Tha Tiger, le temps que son entraîneur ne lui trouve un bon engagement en course. Le 1400m de la C8 de samedi dernier s’est révélé le bon pour ce hongre alezan de 5 ans qui n’avait connu en tout et pour tout que 7 placés dans ses 11 précédentes sorties. « On avait visé en particulier cette épreuve d’ouverture de la 7e journée. J’ai été aussi bien informé par Sherman Brown  quant aux caractéristiques d’Ek Tha Tiger. Simon Jones aussi a suivi de près ce coursier. Finalement, Ek Tha Tiger a été exact au rendez-vous. J’ai une pensée à mes deux fils Ridge (18 ans) et Donovan (13 ans), mes frères Johnny et Antoine, mes amis Marcelino, Robin, Jerry et Jim qui m’ont toujours soutenu ».
À 41 ans et en 29 ans de carrière au Champ de Mars, Jean-Roland Boutanive — issu de la génération de Vinay Naiko et des frères Nagadoo (Praveen et Naveen) — compte 144 victoires (dont 129 sur notre hippodrome) et deux titres de champion de Maurice en 1992 et 2006 dans son escarcelle.
« Je monte depuis l’âge de 14 ans. J’ai porté les couleurs de plusieurs écuries. De Gujadhur à Foo Kune en passant par Raj Ramdin, Rameshwar Gujadhur et autre Vincent Allet. J’ai aussi gagné pour le compte de Moorli Gujadhur et Perdrau. Mais je serai toujours très redevable envers Bruno Cayeux, sans qui ma carrière n’aurait pas été telle qu’elle est », conclut Boutanive qui souligne quand même que les temps sont durs pour les jockeys mauriciens pour s’offrir des montes autant en courses qu’à l’entraînement le matin.