S’il y a bien un entraîneur qui a le vent en poupe ces dernières semaines, c’est bel et bien Shailesh Ramdin. En effet, après seulement cinq journées de compétition, le jeune entraîneur peut se satisfaire d’avoir déjà surpassé la moisson de la saison précédente où il n’avait enregistré que cinq succès ! En l’absence de Sherman Brown qui purge une semaine de suspension, c’est Vinay Naiko et Niven Marday qui se sont chargés de faire tourner la boutique en ramenant trois nouvelles victoires qui permettent à cet entraînement de grimper sur la troisième marche du podium avec des stakesmoney de l’ordre de Rs 1 190 000.
A chaque saison sa vérité. Ce n’est certainement pas Shailesh Ramdin qui nous contredira. Après une lente entrée en matière en 2014, cet entraîneur a débuté la présente campagne sur les chapeaux de roues avec déjà six victoires dans son escarcelle. Alors qu’il luttait pour la survie de son établissement l’année dernière, Shailesh Ramdin se voit maintenant propulser dans un rôle inédit de prétendant au titre après l’arrivée de plusieurs unités de valeur durant la trêve. Il revint ainsi à Dream In Combat de mettre sur orbite son entraîneur dans l’épreuve d’ouverture. Echouant de peu lors de ses deux dernières incursions en 2014, ce sujet de Toreador s’est baladé dans The Tommy Boy Plate où il n’a pas trouvé d’adversaires à sa mesure.
« Quand nous l’avions importé l’année dernière, il nous avait donné pas mal de soucis car il tirait beaucoup et était hypernerveux. Il a commençé à démontrer des signes de progrès en fin de saison. Il a fait de son mieux face à Elite Class alors qu’il était peut-être parti un peu trop vite avec Rye lors de la journée internationale. Il l’a, du reste, payé cash dans la dernière ligne droite. On a pris tout notre temps avec lui cette année. Il était d’abord avec Carla Ramanah à Forbach et nous l’avons ensuite pris avec nous à Floréal où il n’a fait que confirmer ses belles dispositions. Je n’avais pas vraiment peur du champ parce qu’il n’y avait pas vraiment d’adversaires sérieux mais je craignais qu’il en fasse un peu trop. Heureusement, il me donne tort », a soutenu son entraîneur.
Vinay Naiko, qui s’est occupé de ce coursier depuis le début de l’année, s’est réjoui de cette victoire mais il n’a rien voulu laisser transpirer de ses méthodes pour assagir son cheval. « Comme le public le sait sûrement, Dream In Combat avait été l’auteur de bons galops cette année et il a tout eu en sa faveur. Je suis très content qu’il ait pu ouvrir son compteur aujourd’hui. Il s’est bien comporté mais je ne peux pas vous en dire plus sur la façon dont on s’est pris avec lui. C’est un secret (rires). S’il continue comme cela, il aura son mot à dire lors de ses prochains engagements ».
« …an extraordinary ride from this boy… »
Le cavalier mauricien était de nouveau dans le box des vainqueurs avec Royal Performer qui signait du coup sa première victoire au Champ de Mars. « Avant tout, je tiens à préciser que les courses sont ce qu’elles sont. Par exemple, je n’aurais jamais pensé que Royal Performer était capable d’une telle performance aujourd’hui. C’est ainsi avec les chevaux. Il y a des jours où ils sont bien dans leur peau et ont envie de courir alors qu’ils peuvent ressentir une gêne un autre jour et courir de façon décevante. Je suis très content de cette victoire, surtout pour toute l’équipe et les propriétaires. A un certain moment, ils ont été découragés avec ce cheval et leur patience a porté ses fruits aujourd’hui ».
« Comme je l’ai dit avec Dream In Combat plus tôt, les chevaux de 3-ans prennent du temps avant de s’acclimater. Mais il était prêt pour cette course, comme en témoignent ses galops aux côtés de Lake Geneva durant ces deux dernières semaines. On attendait seulement qu’il fasse la même chose en course. On pensait qu’il serait plus proche du pas mais je dois saluer la monte de Vinay qui a pris son temps. It was an extraordinary ride from this boy », a précisé Shailesh Ramdin à son sujet. La troisième victoire fut l’oeuvre de Lucky Valentine qui parvint à conserver l’avantage malgré le fait d’avoir abusé de la largeur de la piste en fin de parcours.
Ryder Cup, qui était engagé dans l’épreuve principale, se battit comme un beau diable mais il ne put qu’accrocher le premier accesit. « On a été malchanceux d’être pipped on the post avec Ryder Cup. Je ne l’ai jamais monté auparavant mais j’ai eu l’impression qu’il était peut-être à court de fitness, vu la façon dont il a un peu vacillé en fin de parcours. Cela lui a peut-être coûté la victoire », nous a déclaré Vinay Naiko.
Après un début de saison plus que satisfaisant, Shailesh Ramdin peut regarder le futur avec confiance et l’entraîneur a tenu à remercier tout son entourage qui le soutient dans sa tâche. « Je tiens à dire un gros merci à Paul qui m’aide beaucoup, tout comme Vishal Ramanah. Ces deux hommes font beaucoup de bien à toute l’équipe et j’espère que cela continuera. Quand vos avez les outils, vous n’avez peur de rien. »