Lentement mais sûrement, l’association S.Ramdin-Bhaugeerothee mène sa barque contre vents et marées. Après son brillant doublé enregistré avant la trêve, la cravache de l’entraînement S. Ramdin a maintenu le winning trend en menant Roving Consort à la victoire dans l’épreuve d’ouverture du 20e acte. Pour peu qu’il parvienne à maintenir le rythme, le cavalier mauricien semble bien parti pour atteindre la barre des dix victoires cette saison, son objectif avoué pour la présente campagne.
Cela faisait un moment qu’on avait pas vu Roving Consort sur un 1500m mais les moindres doutes que pouvaient avoir ses partisans furent très vite dissipés. Modèle de régularité cette saison – 2 victoires et 3 placés – ce fils de Casey Tibbs mit à profit sa très belle mise en action pour s’installer aux commandes et ce n’est qu’après le but que ses adversaires ne le revirent, à la grande joie de son entraîneur, qui le considérait d’ailleurs comme sa meilleure chance de la journée.
« Depuis sa première victoire avec Sherman Brown, Roving Consort n’a fait que confirmer. Il était malheureusement battu dans les dernières foulées au cours de ses dernières tentatives mais je tiens ici à remercier M. Paul Foo Kune pour ses bons conseils. Il pensait que ce cheval était un strong one-pacer et qu’on devait peut-être le rallonger. J’étais tout à fait d’accord avec lui et Roving Consort a confirmé tout le bien qu’on pensait de lui en course », s’est réjoui Shailesh Ramdin dans ses commentaires d’après-course.
La confiance était également de mise pour Rakesh Bhaugeerothee qui nous a livré ses impressions à l’issue de la journée. « Roving Consort avait été bien préparé pour cette course et avait donné entière satisfaction à l’heure des galops. On avait décidé de le courir devant parce que c’est un très bon one-pacer. La ligne était sans importance puisqu’il avait bien sauté avec Jean-Roland Boutanive la dernière fois (NDLR : 13e journée). Il a fait une course correcte aujourd’hui et je pense qu’il peut encore aller chercher une ou deux victoires additionnelles d’ici à la fin de la saison ».
L’énigme Captain Firth
L’entraînement S. Ramdin nourrissait aussi un silent hope avec Captain Firth qui était engagé dans l’épreuve principale. Le meilleur 4-ans de 2014 s’était fait remarquer lors de sa dernière participation. Bien qu’il avait gêné Tube Wave en fin de parcours, Captain Firth avait laissé entrevoir un retour au premier plan lors de ses derniers galops mais il n’a été que l’ombre de lui-même, précédant uniquement Master Mascus à l’arrivée. Si son cavalier concède qu’il a été très déçu de cette course, il ne peut, en revanche, expliquer une telle déroute. « Il doit sûrement cacher un problème et il est à revoir, » nous a-t-il lancé sur un ton dépité.
Ce 20e acte était aussi l’occasion pour Shailesh Ramdin de juger des progrès accomplis par deux de ses coursiers qui ont repris tardivement la compétition, à savoir In To Beep et Man Of His Word. L’alezan, qui avait pourtant bien suivi dans le peloton de tête, manqua de punch dans l’emballage final et échoua à presque quatre longueurs du gagnant. « In To Beep me donne l’impression d’être un cheval qui est taillé uniquement pour le kilomètre. Le fait de l’aligner sur plus long est un peu trop lui demander je pense », nous a confié notre interlocuteur à son sujet.
Man Of His Word retrouvait, en revanche, un parcours plus adapté à ses réelles aptitudes, lui qui avait renoué avec la compétition sur un 1500m. Longtemps aperçu en tête, le vieux sprinter eut du mal à terminer sa course, disparaîssant même du paysage aux 300m. « Le parcours réduit était plus à sa convenance mais il a été très décevant. Il était très bien pour sa course de rentrée mais là je l’ai senti un peu fatigué, » nous a simplement déclaré Rakesh Bhaugeerothee. Quant à Zhan Hu, il a été l’auteur d’une course généreuse si l’on considère qu’il a dû mener les débats sur une distance beaucoup trop longue pour lui. Sa quatrième place à l’arrivée est donc considérée comme un grand motif de satisfaction.